Le Parlement européen doit enquêter sur la nomination de M. Selmayr

Avec une célérité étonnante, et encore jamais égalée, la Commission européenne a nommé Martin Selmayr, chef de cabinet du Président Jean-Claude Juncker à la tête du Secrétariat général de la Commission européenne. Les écologistes européens exigent que toute la lumière soit faite sur cette procédure remarquable d’opacité.

Pour les élue-e-s Europe Ecologie« La nomination de M. Selmayr à l’un des postes-clés de la Commission européenne doit être examinée par le Parlement européen. Les écologistes européens ont demandé la saisine de la commission parlementaire du contrôle budgétaire afin qu’une enquête soit ouverte sur ce tour de passe-passe mystifiant. 

La répartition des postes les plus élevés dans les institutions publiques sans appel d’offres ouvert est problématique au vu des exigences de responsabilité et de transparence auxquelles elles sont tenues. Les diverses explications fournies de mauvais gré et l’attitude hostile des plus hauts responsables de la Commission européenne face à la presse pour expliquer et justifier sont également inacceptables.

La concomitance de cette affaire avec les révélations quant aux activités de lobbying exercées par l’ancien Président Barroso pour la banque Goldman Sachs auprès de Commissaires en exercice vient prouver l’importance de doter le Parlement d’un pouvoir de contrôle renforcé et d’un pouvoir de sanction revu pouvant aller jusqu’à la censure individuelle d’un Commissaire ou du Président de la Commission.

A près d’un an de la fin de son mandat, nous avons la confirmation claire que la « Commission de la dernière chance »  de M. Juncker n’aura pas tenu sa promesse de restaurer la confiance des Européens, au contraire. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.