Loi Asile Immigration : un texte contraire aux valeurs européennes

21 février 2018

À la sortie du Conseil des ministres où il présentait son projet de loi Asile Immigration, le ministre de l’intérieur Gérard Colomb a déclaré que ce texte était parfaitement équilibré et qu’il s’alignait sur le droit européen. Un avis que ne partage pas Eva JOLY.

Eva Joly, Membre de la Commission parlementaire Libertés civiles en charge des questions migratoires, réagit :

« Depuis des semaines, les organisations de solidarité alertent à raison sur un texte qui restreint drastiquement les droits des migrants. Ce texte arrive après des mois d’une politique extrêmement dure envers les migrants et l’adoption d’un texte sur la rétention des « dublinés », ces migrants qui ont laissé leurs empreintes en Grèce et en Italie. La France a fait le choix de criminaliser toujours plus le droit de quitter son pays – un droit pourtant reconnu par les Conventions internationales.

La politique aveugle du Président de la République et de son ministre de l’intérieur, ignorante des réalités des flux migratoires, ne mène nulle part, si ce n’est à une remise en cause toujours plus inquiétante du droit d’asile.

Il est totalement abject d’invoquer le droit européen pour justifier une politique toujours plus répressive et inhumaine ! En vérité, au niveau européen, alors que la France s’était engagée à relocaliser 30 000 migrants depuis la Grèce et l’Italie avant fin 2017 ; seuls 4 278 l’ont effectivement été. Le droit européen ne justifie en aucun cas le renvoi de migrants en plein hiver – dont des mineurs – à la frontière italienne, ni la criminalisation des citoyen-ne-s solidaires.

Si Gérard Colomb veut s’aligner sur le droit européen, je l’invite à agir au niveau du Conseil de l’UE, où la révision du règlement de Dublin est bloquée. Le Parlement européen et la Commission européenne ont déjà rendu leur copie et fait des propositions ambitieuses pour une politique migratoire plus solidaire et plus humaine, instaurant une répartition équitable des coûts financiers et sociaux entre les États membres. Pour gérer collectivement et humainement la crise actuelle de l’accueil, c’est sur cette base que la France doit s’aligner ! »

Partager cet article

2 commentaires

  • Hugues dit:
     - 

    Les politiques ignorent complètement les dégâts et les séquelles psychologiques causés par les lois sur Dublin qui ont mis en place qui déshumanisent les migrants qui sont devenu une marchandises que l’ont peut balancer d’un pays à l’ autre sans l’an moindre dignité humaine …

  •  - 

    Bien sûr, la France doit tenir ses engagements et accueillir 30000 émigrants chaque année. Mais il me semble que la meilleure solution serait de permettre à ces émigrés de rester chez eux dans des conditions favorables Pour cela, les gouvernements devraient restaurer la démocratie dans ces pays sous développés.Qu’en pensez-vous?