L’UE agit contre les cancers d’origine professionnelle

25 octobre 2017

Le Parlement européen a approuvé l’accord sur la proposition de modification de la directive relative à la protection des travailleurs contre les risques liés à l’exposition à des agents cancérigènes ou mutagènes au travail. Cette révision élargit le champ d’application de la législation et fixe des valeurs limites d’exposition professionnelle à une série d’agents chimiques responsables de cancers ou mutagènes.

Déclaration de Karima DELLI, membre de la commission des affaires sociales :

« Personne ne devrait voir sa santé menacée dans le cadre de son travail. Pourtant le cancer est la principale cause de mortalité liée au travail : 100 000 travailleurs en meurent chaque année, alors que tous les cancers liés au travail peuvent être évités.

Cette avancée législative nécessaire permet de protéger des millions de travailleurs exposés chaque jour à des substances particulièrement toxiques, comme le Chromium 6 ou les poussières de bois. Elle offre également la possibilité d’une surveillance prolongée, même après l’exposition d’un travailleur ou d’une travailleuse à une substance, car le cancer se déclare souvent plusieurs années après l’exposition.

Évidemment, nous nous réjouissons de l’engagement de la Commission de considérer de couvrir également les substances reprotoxiques d’ici le printemps 2019. Mais nous serons attentifs à ce que soit respectée cette demande portée de longue date par les écologistes. Car de manière générale, la Commission peut et doit aller plus loin pour protéger les travailleurs du cancer au travail : son objectif d’étendre le champ de la directive à plus de 50 nouvelles substances est encore loin d’être atteint.

Face aux États qui traînent les pieds, qui préfèrent parfois protéger les lobbies industriels plutôt que la santé de leurs citoyens, nous avons besoin que la Commission prenne l’initiative. Parce qu’une Europe qui protège, c’est d’abord une Europe qui protège la santé de ses citoyens ! »


L’intervention de Karima DELLI à l’occasion du débat en plénière sur ce texte

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*