Lyon – Turin : un milliard d’euros de travaux pour une baisse du trafic ? Une gestion de l’argent public qui interroge

23 décembre 2019 
Communiqué de presse

Mi décembre 2019, plusieurs articles de presse dont l’un paru dans le Dauphiné Libéré font état de la baisse du trafic ferroviaire dans le tunnel existant du Mont-Cenis, déclarant celui-ci prochainement saturé.

Gwendoline Delbos-Corfield réagit.

L’annonce a été faite par la commission de sécurité de la CIG franco-italienne, indiquant que le nombre de circulations dans le tunnel existant entre Modane et Bardonnechia serait limité à 46 trains par jour avec interdiction de croisement et de suite dans le tunnel – soit trois trains de moins qu’en période de travaux !

Cette annonce interpelle, à juste titre, les opposant-e-s au projet Lyon-Turin. En effet, un milliard d’euros de travaux a déjà été dépensé sur cette ligne, à la fois pour améliorer les capacités de trafic et pour améliorer la sécurité du trajet, or aujourd’hui c’est le contraire qui se produit. 

 

Gwendoline Delbos-Corfield, députée européenne EELV réagit :

 

Nous ne pouvons pas attendre encore 10 ans – au minimum – pour favoriser le report modal et c’est dès aujourd’hui qu’il faut mettre les camions sur les rails. Des solutions existent mais elles ne sont aujourd’hui pas ou mal exploitées au bénéfice d’un projet pharaonique qui ne verra peut-être jamais le jour.

Chaque année, la population de la Vallée de l’Arve est durement touchée par d’importants pics de pollution, provoquant la mort prématurée d’au moins 85 personnes par an. Il est irresponsable de ne pas vouloir revoir ce projet en profondeur afin de stopper le gigantisme du siècle dernier et de favoriser les solutions techniques immédiates. »

 

 

 

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.