Performance énergétique des bâtiments : une opportunité pour les foyers, les emplois, le climat

11 octobre 2017

Yannick JADOT salue l’adoption d’un nouveau rapport parlementaire sur la performance énergétique des bâtiments. La bataille avec les États s’annonce rude alors que la révision en cours de la directive  européenne sur le sujet est une opportunité extraordinaire d’en finir avec les passoires énergétiques et de créer des emplois.

Le parc immobilier de l’UE est responsable de 40% de la consommation énergétique et de 36% des émissions de CO2. Une politique européenne de rénovation profonde des bâtiments est demandée par les écologistes depuis plusieurs années. L’Agence Internationale de l’Énergie tirait d’ailleurs la sonnette d’alarme début octobre en pointant le « ralentissement notable de la mise en œuvre de nouvelles politiques » en matière d’efficacité énergétique en 2016 « qui semble se poursuivre en 2017 ». Pour son directeur exécutif, « les pays devraient se concentrer » sur les « 68 % de la consommation (d’énergie) non couverts par des codes et des normes ».

Pour Yannick JADOT : « La révision de la directive performance énergétique des bâtiments doit être l’occasion de fixer au niveau européen des objectifs ambitieux compatibles avec l’accord de Paris : l’énergie la moins polluante et la moins chère est celle qu’on ne consomme pas! ». Ainsi, la Commission de l’industrie, de la recherche et de l’énergie (ITRE) du Parlement a adopté ce mercredi 11 octobre son rapport sur la Performance énergétique des bâtiments. Les élus européens demandent notamment une stratégie de rénovation à long terme avec des objectifs et une évaluation objective des résultats. Les eurodéputés écologistes se félicitent du soutien pour une approche intégrée. Au-delà des bâtiments considérés de manière individuelle, nous avons étendu le domaine d’action aux quartiers pour lesquels seront pris en considération les aspects énergétiques mais également de mobilité. Nous demandons également une action ciblée pour ces populations vulnérables ainsi qu’une amélioration de l’accès aux services de conseil et de soutien financier à la rénovation.

Le rapport parlementaire devrait être adopté en session plénière du Parlement européen (du 23 au 26 octobre) et permettrait de débuter les négociations avec les représentants des États membres et de la Commission en novembre. La balle est donc dans le camp des États dont les ambitions sont restées jusqu’ici très médiocres. Une position d’autant moins compréhensible qu’une politique de rénovation d’envergure au niveau européen génèrerait des emplois comme le rappelle Yannick JADOT : « c’est une opportunité extraordinaire d’en finir avec les passoires énergétiques (près de 7 millions en France!), de créer des millions d’emplois non délocalisables sur tous les territoires et de réduire considérablement notre dépendance aux importations énergétiques, notamment de gaz russe. Réduisons notre consommation plutôt que de construire d’immenses pipelines ! »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*