Ports impactés en cas de Brexit dur : accord provisoire pour un plan de sauvetage européen

11 février 2019

Les négociateurs du Parlement européen, de la Commission et du Conseil sont arrivés à un accord pour un plan de sauvetage européen des ports impactés en cas de Brexit dur. C’est un premier pas, même si nous n’avons pas pu y inclure totalement les ports bretons.

Cette législation a pour but d’assurer la continuité de la connectivité de l’Irlande avec l’Europe continentale via les réseaux transeuropéens de transports (RTE T) en cas de retrait sans accord du Royaume Uni de l’Union. Ce qui est chose faite dans le cas de la France via l’ajout des ports de Calais, Dunkerque et Le Havre au corridor Mer Du Nord Méditerranée. L’accord reconnait également l’impact du Brexit sur le corridor Atlantique et demande de fait à la Commission d’anticiper la révision du règlement RTE T qui répartit les ports entre  les réseaux central et global, initialement prévu en 2023, au plus tard en 2021.
 
En réponse à un besoin criant en infrastructures portuaires de contrôle et de sécurité supplémentaires en cas du rétablissement d’une frontière extérieure avec le Royaume Uni,  cette législation donne à la Commission européenne  toutes les dispositions nécessaires afin de lancer, dans le cadre du Mécanisme d’Interconnexion Européen (MIE), le principale programme de financement européen des infrastructures de transports, des appels à projets  ouverts à tous les ports du réseau central et du réseau global du réseau RTE-T impactés par le Brexit. 
 
Cet accord  provisoire doit être à présent entériné par le Conseil.
 
Pour Karima DELLI, Présidente de la Commission des Transports du Parlement européen :

« Cette adoption est une avancée. Même si nous aurions voulu aller plus loin. Le premier point positif est que les ports français ont été réintégrés dans ce plan de sauvetage : le Havre et Dunkerque-Calais vont pouvoir développer des connections avec l’Irlande avec le soutien de fonds européens. C’est une grande victoire pour ces territoires qui vont être fortement impactés par le Brexit.

Concernant les autres ports ayant un trafic transmanche, ils pourront faire financer les équipements de contrôle et de sécurité liés au rétablissement d’une frontière extérieure.
La Commission et les États n’ont pas souhaité réouvrir le corridor atlantique, ce que je regrette. Cependant, il a été négocié une révision très anticipée avant 2021 du RTE T prenant en compte les alternatives au ‘land bridge’ et nous autorisant à penser que l’Irlande sera bientôt raccordée au corridor Atlantique. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.