Scandale Cum/Ex : le Parlement demande l’ouverture d’une enquête européenne

29 novembre 2018

Le Parlement européen a voté en faveur du lancement de la première enquête européenne sur le rôle du secteur financier dans le scandale d’évasion fiscale des Cum Ex Files. Il s’agit d’une fraude de grande ampleur, représentant 55 milliards d’euros, couvrant plusieurs pays et impliquant des banques européennes bien connues. Le Parlement a demandé que l’autorité bancaire européenne ouvre une enquête afin que les responsables soient identifiés et traduits en justice. Eva JOLY et le groupe Verts/ALE appellent à un renforcement de la coopération fiscale entre États membres et à une régulation plus forte des marchés.

Eva JOLY, Vice-Présidente de la Commission d’enquête sur la fraude fiscale (TAX3), déclare :

« L’impunité des fraudeurs fiscaux en col blanc doit cesser. 55 milliards d’euros ont été volés des caisses publiques via un plan sophistiqué de vente et revente de titres financiers, avec la complicité de grandes banques françaises. Les responsables doivent être traduits en justice. La France doit lancer une enquête pour poursuivre les responsables et leurs complices. Le silence et l’inaction des États membres est choquante.

Si les gouvernements des États membres n’en ont pas le courage, il revient à l’UE de tenir tête aux grandes banques pour défendre l’intérêt général et nos finances publiques. C’est pourquoi nous demandons l’ouverture d’une enquête européenne. Dans notre résolution, nous exigeons aussi une plus grande coopération fiscale et une régulation plus stricte des pratiques financières notamment concernant les dividendes. »


Ci-dessous, plus d’explications sur ce scandale avec Eva JOLY, invitée par l’Humanité au moment de la publication de l’enquête

Retrouvez cet article sur Facebook : http://bit.ly/2RrHeRT
Partager cet article

2 commentaires

  • bordonado dit:
     - 

    les gros fraudeurs a col blanc ne sont jamais inquietes

  • Francis Mendu dit:
     - 

    Une simple règle de bon sens serait de faire primer l’intérêt général sur l’intérêt particulier, tant au niveau des législations européennes que de celles des états.