Etude sur les gaz de schiste : des impacts environnementaux et sanitaires avérés, une nouvelle législation européenne à construire

8 juillet 2011
Le Département politique du Parlement européen vient de publier une étude sur les impacts de la fracturation hydraulique sur l’environnement et la santé publique. Comme on s’y attendait, le constat est accablant : l’extraction de gaz de schiste a bel et bien des impacts sur l’environnement et la santé humaine. Le rapport conclut en recommandant d’adopter des mesures législatives globales au niveau européen.

Le Département politique du Parlement européen vient de publier une étude sur les impacts de la fracturation hydraulique sur l’environnement et la santé publique. Comme on s’y attendait, le constat est accablant : l’extraction de gaz de schiste a bel et bien des impacts sur l’environnement et la santé humaine. Le rapport conclut en recommandant d’adopter des mesures législatives globales au niveau européen.

Pour Sandrine Bélier, membre de la commission parlementaire environnement du Parlement : « Sans surprise, l’étude reconnaît la nature « inévitable » des impacts de l’extraction de gaz de schiste, notamment sur l’air et les nappes phréatiques. L’étude fait également état des nombreux accidents répertoriés aux USA et de leurs dommages causés à l’environnement et à la santé humaine. Selon l’étude, l’extraction de gaz de schiste contribue également à augmenter les émissions de gaz à effet de serre. »

« Cette étude est tres importante », confirme Michele Rivasi, eurodéputée membre des commissions parlementaires Environnement et Industrie. Alors que la France et la Pologne envisagent d’ouvrir l’exploitation des gaz de schiste, cette étude du Parlement Européen récapitule les dégâts causés sur l’environnement par les exploitations existantes. J’invite chacun à en prendre connaissance. »

« Les dommages, nombreux, incluent l’augmentation des taux de radon dans les maisons, » dénonce aussi Michèle Rivasi. « Le radon est un gaz radioactif incolore et inodore présent dans les sous sols. Aux USA, dans l’air intérieur des habitations situées dans les zones d’extraction, les concentrations de radon mesurées se révèlent 7 fois supérieures à la moyenne nationale. Ce qui accroit de 30 % le risque de cancer du poumon… Après l’eau inflammable, les micro-séismes ou la pollution des nappes phréatiques, la hausse du radon représente un nouvel effet néfaste des gaz de schiste ! »

Et Sandrine Bélier de conclure : « L’étude recommande explicitement de renforcer l’appareil législatif sur la fracturation hydraulique qui comporte à l’heure actuelle de nombreuses lacunes. Il est notamment recommandé de réévaluer le champ de la Directive-cadre sur l’eau et d’évaluer si les produis chimiques toxiques devraient être interdits, ou, tout au moins, communiqués publiquement, restreints et contrôlés. Surtout, l’étude prévoit qu’en raison de la nature complexe des impacts et risques possibles pour l’environnement et la santé humaine, on devrait considérer de développer une nouvelle Directive européenne réglementant toutes les questions dans ce domaine de façon exhaustive. Il nous reste maintenant à tirer les leçons de cette étude et à adopter par voie législative un moratoire en attendant la réglementation stricte et possibilités d’interdiction sur tout le territoire européen. »

Présentation des lignes directrices de l’étude

Cette étude présente les possibles impacts de la fracturation hydraulique sur l’environnement et la santé publique. Les données quantitatives et les impacts qualitatifs proviennent de l’expérience des USA comme l’extraction de gaz de schiste en Europe n’en est qu’à ses débuts alors que les USA ont plus de 40 d’expériences avec plus de 50 000 puits.

Les émissions de gaz à effet de serre sont aussi évaluées sur la base d’une révision critique de la littérature existante et nos propres calculs.

La législation européenne est révisée au vue des activités de fracturation hydraulique et des recommandations sur le travail futur sont données

Les ressources potentielles de gaz et la disponibilité future du gaz de schiste sont présentées au vue de l’offre de gaz conventionnel et de son développement futur probable.

Auteurs de l’étude, parue le 8 juillet 2011

Mr Stefan LECHTENBÖHMER, Wuppertal Institute for Climate, Environment and Energy

Mr Matthias ALTMANN, Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH

Ms Sofia CAPITO, Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH

Mr Zsolt MATRA, Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH

Mr Werner WEINDRORF, Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH

Mr Werner ZITTEL, Ludwig-Bölkow-Systemtechnik GmbH

Partager cet article

3 commentaires

  • Hugue dit:
     - 

    Bonjour !

    Est-t-il possible de consulter l’étude en question ?
    Pouvez-vous nous donner un hyperlien ?

    Merci !

  • Collectif Causse Méjean (48) dit:
     - 

    Idem, pourquoi ne pas donner un lien ou simplement rendre public le rapport dont vous parlez ???
    Merci
    Collectif Causse Méjean (48)

  • Collectif Causse Méjean (48) dit:
     - 

    Bon j’ai trouvé ce rapport en anglais (mais je ne le trouve pas sur le site du parlement européen…) Il faut faire une recherche google avec ces mots : »8 juillet 2011 Mr Stefan LECHTENBÖHMER, Wuppertal Institute for Climate »
    et vous trouvez ça
    « [PDF] Untitled – European Parliament »
    qui est un lien vers le rapport en PDF.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension