Fraudes alimentaires : plus de garanties pour la sécurité des consommateurs européens

Les eurodéputés viennent de voter en faveur d’un rapport sur la crise alimentaire, les fraudes dans la chaîne alimentaire et son contrôle. Alors que les scandales alimentaires se multiplient, ils demandent une nouvelle loi européenne consacrée à la lutte contre ces malversations. Pour Michèle Rivasi et Sandrine Bélier, eurodéputées EELV, il est indispensable de revoir les règles relatives à l’étiquetage intermédiaire et aux négociants. Communiqué de presse.
Pour Michèle Rivasi, eurodéputée EELV :

« Les conséquences sanitaires d’une fraude alimentaire peuvent être graves : les animaux qui ne devraient pas se retrouver dans nos assiettes et qui ont reçu des traitements médicamenteux, peuvent être dangereux à consommer. C’est pourquoi tous les maillons de la chaîne impliqués dans le cheminement du produit devraient être co-responsables, jusqu’à l’usage final de ce produit. C’est la seule façon de responsabiliser tous les maillons, du producteur de viande au transformateur en passant par le maquignon, pour éviter les fraudes.

Il faut donc aussi protéger les lanceurs d’alerte qui indiquent les cas de fraudes, car souvent les scandales sont dénoncés par courriers anonymes. D’autre part, les sanctions devraient être accrues pour arriver au moins au double des gains économiques recherchés par la fraude alimentaire, et l’agrément d’un exploitant du secteur alimentaire devrait lui être retiré en cas de récidive. Enfin, les consommateurs exigent plus de transparence et veulent savoir dans quelles conditions les animaux qu’ils consomment ont été élevés, si leur bien-être a bien été pris en compte. La Commission doit donc entendre ces préoccupations et modifier la législation européenne en conséquence. »

Pour Sandrine Bélier, eurodéputée EELV :

« Je me réjouis du vote de ce rapport, qui demande un étiquetage spécifique pour favoriser les circuits courts entre producteurs et consommateurs. Alors qu’un consommateur européen sur trois n’a pas confiance dans les informations mentionnées sur les étiquettes des produits, la Commission devra retenir des solutions innovantes pour rétablir la confiance des citoyen-ne-s et éviter de nouvelles fraudes.

Par ce rapport, le Parlement européen réaffirme sa volonté d’améliorer le contrôle de la filière alimentaire. Il serait donc désastreux que certaines législations de nos partenaires commerciaux s’imposent à l’Europe, à l’heure où se négocie le Pacte transatlantique. Ainsi, l’autorisation de produire de la viande à partir d’animaux clonés sans étiquetage, qui existe aux États-Unis, ne devra pas franchir nos frontières. »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*