Sommet européen sur l’énergie : un peu d’efficacité !

4 février 2011
Pour la première fois, le 4 février 2011, les dirigeants de l’Union européenne se sont réunis pour évoquer les politiques énergétiques. Réduction de notre consommation, barrage à l’exploitation du gaz de schiste et au développement du nucléaire, investissements dans le renouvelable… Pour les eurodéputés d’Europe Ecologie – Les Verts, les résultats de ce Sommet sont bien trop maigres face aux enjeux actuels.
Entre une Europe 100 % renouvelable, économe en énergie, indépendante et créatrice d’emploi… et une Europe qui ressasse ses vieilles recettes énergétiques, le combat sera dur. Premier en son genre, le Sommet européen consacré à l’énergie et à l’innovation était l’une des priorités de la présidence hongroise de l’Union européenne… et on en attendait bien davantage. Pour Yannick Jadot, eurodéputé EELV, le « surplace des chefs d’Etat et de gouvernement est incompréhensible » : « Ils n’ont rien proposé sur les économies d’énergie alors qu’une stratégie européenne pour l’efficacité énergétique – juridiquement contraignante – pourrait permettre de réduire nos importations énergétiques de plus de 130 milliards d’euros par an et de créer plus d’un million d’emplois d’ici 10 ans », lance-t-il. Alors que l’industrie européenne doit investir dans les énergies renouvelables, aucune décision politique, de long terme, n’a été prise pour l’encourager à créer des emplois et à se positionner sur un marché mondial florissant.

Attention au nucléaire et au gaz de schiste

Côté nucléaire, ce Sommet s’annonçait épineux : Nicolas Sarkozy est venu faire la promotion de cette filière auprès de ses homologues en substituant la notion d’énergie faiblement carbonée à celle d’énergie renouvelable. Sa stratégie a échoué puisque les autres chefs d’Etat n’ont pas souhaité inclure le nucléaire dans l’objectif de 20 % d’énergie « propre » à l’horizon 2020. « Mais il faut rester vigilant, prévient Daniel Cohn-Bendit qui co-préside le groupe des eurodéputés écologistes au Parlement européen. L’UE va quand même continuer à investir dans le nucléaire et la séquestration carbone, au travers du financement des technologies dites à faible émission carbone. Nous devons les convaincre que l’énergie nucléaire est une distraction coûteuse et chronophage. » 

Vigilance aussi sur le front du gaz de schiste : dans le but d’améliorer l’approvisionnement et l’indépendance énergétique de l’UE, le Conseil européen souhaite évaluer le potentiel d’extraction et d’utilisation « durable » des énergies fossiles conventionnelles et non conventionnelles… notamment gaz et huile de schiste. « C’est déjà s’orienter vers des investissements coûteux, inutiles et dangereux pour les pays européens, estime Michèle Rivasi, eurodéputée EELV. Le gaz de schiste ne changera en rien la donne énergétique puisque son potentiel est évalué à 3 ou 5 % de la totalité des importations de gaz de l’UE d’ici 2020. Faire une nouvelle fois le choix des énergies fossiles rentre en complète contradiction avec les objectifs climatiques de l’UE », ajoute-t-elle.

La vision 2050 des Verts/ALE

Face à un tel immobilisme, le Parlement européen, avec les citoyens et les collectivités locales, doit rester vigilant. Il faut continuer à montrer la voie d’une économie efficace et renouvelable, pour contrebalancer des chefs d’Etat toujours hésitants, et pour contrer ceux qui, comme le Président Sarkozy, restent prisonniers des vieux schémas énergétiques. Pour peser sur ce débat, le groupe des Verts/ALE a publié une étude indépendante (de l’Öko-Institut de Berlin) qui présente de façon détaillée un scénario énergétique pour l’Europe d’ici 2050. Elle démontre comment l’UE peut atteindre un objectif de réduction de ses émissions de gaz à effet de serre de 80 à 95 % d’ici 2050 (par rapport aux niveaux de 1990), en précisant les enjeux et les conséquences pour chaque secteur économique. Elle met également en avant les bénéfices considérables que cela représenterait pour la sécurité énergétique de l’UE, notamment par la réduction drastique de sa dépendance énergétique.

Vision 2050 – étude des Verts/ALE en anglais seulement (pdf 100.28Ko)
Vision 2050 – résumé en français (pdf 100.30Ko)

– Lire aussi l’article Gaz de schiste et nucléaire : sortir de l’impasse énergétique – En vue du Sommet sur l’énergie du 4 février 2011, la France intensifie son lobbying en faveur du nucléaire. Dans le camp de l’archaïsme énergétique, elle est rejointe par la Pologne qui soutient le gaz de schiste. Entre énergies renouvelables et énergies fossiles, Sarkozy continuera-t-il à défendre les modèles du passé ? Communiqué de Yannick Jadot et José Bové – eurodéputés EELV.
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*