A Calais, toujours plus d’insécurité pour les migrants

17 septembre 2009
Comme annoncé, M. Besson s’apprête à démanteler les lieux d’installations précaires et insalubres des migrants sur le littoral calaisien. Et comme expérimenté après la fermeture du camp de Sangatte, cette « opération de nettoyage » n’apportera aucune solution, ni humaine, ni politique ! « Une fois de plus le gouvernement choisit le nettoyage plutôt que l’accueil et condamne les migrants à l’errance, à toujours plus d’insécurité, livrés plus que jamais à l’arbitraire policier et aux mafias » s’indigne Hélène Flautre, députée Europe Ecologie.

Les migrants, présentés comme porteurs d’insécurité et de maladies, sont traités comme des êtres indésirables voire nuisibles. « C’est un comble que des personnes chassées et traumatisées par la guerre, je pense par exemple aux afghans, soient maltraitées ici en France ! Si les soldats de l’Otan se battent là-bas pour la démocratie et les droits de l’Homme, alors il faut, ici, leur reconnaître le droit à la protection internationale ! M. Besson devrait dépenser son énergie à en convaincre ses homologues européens et à obtenir la mise en cause des accords de Dublin. Car, si demander l’asile en France c’est être quasi garanti d’être expulsé, il ne faut pas s’étonner que les migrants cherchent d’autres voies » ajoute la députée.

M. Besson est également tenu d’anticiper et de prévenir toute aggravation de la situation, déjà extrêmement préoccupante, des nombreux mineurs présents sur le littoral. « Que vont-ils devenir ? Avant toute opération de dispersion, M. Besson devrait convoquer une table ronde de haut niveau, consacrée à l’accueil des mineurs, mobilisant les meilleures compétences, pour dégager des réponses adaptées et respectueuses de l’intérêt supérieur de l’enfant. »

Partager cet article

Un commentaire

  • Anonyme dit:
     - 

    Le prétexte avancé pour ce « nettoyage » est tout aussi hypocrite que bidon : la « jungle » serait un repère de passeurs et trafiquants de tous poils. Honteux!