Grèce : l’Union européenne pire que le FMI

30 avril 2010
Les turbulences financières auront eu raison des atermoiements des dirigeants européens. La Grèce va bien recevoir une aide de ses partenaires de la zone euro et du Fonds monétaire international (FMI). Pour autant, les conditions posées au déblocage de l’aide européenne risquent de rendre la potion bien amère. Au programme : hausse de la TVA, baisses des salaires dans la fonction publique, recul de l’âge de départ en retraite. Le retour à l’équilibre budgétaire sera douloureux. Or, les principales victimes de ce traitement de choc ne seront pas ceux qui ont le plus bénéficié des gabegies budgétaires des dernières années. En effet, une diminution aussi brutale du déficit public va se traduire immanquablement par une baisse de la demande et par une hausse massive du chômage (des salariés les plus précaires). Une injustice qui ne peut qu’aggraver l’incompréhension et le ressentiment de la population grecque à l’égard de l’Union européenne.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.