Inondations en Europe : lutter efficacement contre le dérèglement climatique

20 octobre 2014
En mai dernier, la région des Balkans était frappée par les pires inondations depuis plus d’un siècle, provoquant la mort de plusieurs dizaines de personnes et faisant plus d’un million de sinistrés. À une toute autre échelle, le Sud-Est de la France vient de connaître une forte vague d’inondations largement aggravée par l’étalement urbain et l’artificialisation des sols.

Pour Michèle RIVASI, députée européenne de l’euro-région Sud-Est et responsable de la délégation Europe Écologie au Parlement européen :

« Les événements météorologiques extrêmes qui ont touché les Balkans en mai dernier ou le Sud-Est de la France récemment ne sont pas des phénomènes isolés mais ont comme points communs le dérèglement climatique annoncé dans l’indifférence générale par les rapports successifs du GIEC, et une gestion irresponsable des territoires et des sols.

Alors que les députés européens tiendront un débat ce lundi 20 octobre sur la gestion et la prévention des inondations en Europe, les décideurs européens doivent enfin prendre conscience de l’impact de l’activité humaine sur le climat et l’environnement. Selon de récentes études, la fréquence des inondations en Europe devrait augmenter de 60% d’ici 2050, non seulement du fait du dérèglement climatique mais également de l’aménagement déraisonné du territoire. Mobiliser des fonds exceptionnels d’urgence pour telle ou telle région d’Europe revient à jeter de l’argent dans un puits sans fonds. La solidarité européenne est nécessaire, mais la seule gestion durable et responsable est la prévention de ces événements par la lutte contre le changement climatique. Et en matière d’adaptation il faut dorénavant adapter nos infrastructures aux phénomènes météorologiques à venir: plus aucune construction ne doit être réalisée dans des zones à risque, ce qui est pourtant toujours le cas.

Les 23 et 24 octobre prochain, les chefs d’États et de gouvernements se réuniront à Bruxelles pour définir l’avenir de la politique climatique européenne. Nous, députés écologistes européens, rappelons l’urgence d’adopter des objectifs ambitieux et contraignants en matière de réduction des émissions de gaz à effets de serre (60%), de développement des énergies renouvelables (45%) et d’efficacité énergétique (40%) pour 2030. Comme l’a démontré le rapport retentissant de l’économiste Nicholas Stern, le coût de l’inaction (plusieurs centaines de milliards d’euros) est non seulement considérable, mais surtout insupportable pour notre génération et les générations à venir. L’UE doit envoyer un signal fort à la communauté internationale dans la perspective du sommet sur le climat qui se tiendra à Paris en décembre 2015.« 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*