Le Groupe Verts/ALE vote en faveur du budget 2011 de l’UE mais restent vigilants sur certains enjeux importants

20 octobre 2010
Le Groupe des Verts/ALE a aujourd’hui voté en faveur du budget 2011 de l’UE lors de la 1e lecture du Parlement européen. Le budget voté par le Parlement constitue en effet un compromis acceptable entre la réponse nécessaire aux nouveaux besoins de financement des politiques européennes suite à l’entrée en vigueur du Traité de Lisbonne et les contraintes budgétaires auxquelles doivent faire face de nombreux Etats membres.

S’exprimant à l’issue du vote, [vert]Isabelle DURANT[/vert] et [vert]François ALFONSI[/vert], (Verts/ALE) membres de la commission du budget du PE ont estimé que:

« Nous avons voté en faveur de ce budget, toutefois, il ne peut s’agir que d’un budget de transition, car les négociations budgétaires ont à nouveau illustré la nécessité pour le budget de l’Union de disposer de bases de financement plus solides. Un nouveau système de ressources propres devrait être mis en place afin d’augmenter l’autonomie des recettes de l’UE, qui aujourd’hui sont largement tributaires de la bonne volonté des Etats membres. Dans ce contexte, il est regrettable que la majorité du Parlement a rejeté la création d’une ligne budgétaire pour accueillir des fonds d’une possible taxe sur les transactions financières.

Le Groupe des Verts/ALE salue dans ses grandes lignes la Communication de la Commission sur la révision budgétaire qui intègre des revendications vertes de longue date. En particulier, la nécessité de rendre le budget de l’Union plus vert en y intégrant davantage des considérations de développement durable (p.ex. pour les fonds structurels ou la Politique Agricole commune). »

[vert]François ALFONSI[/vert] a ajouté :

« Nous prenons acte avec intérêt qu’un vote très largement majoritaire a réduit le budget ITER. Un brin de conscience commence à s’exprimer à propos de ce projet symbole d’une politique énergétique dépassée dont les besoins de financement enlèvent une très grande partie des fonds nécessaires à une recherche communautaire orientée davantage ers le futur.

Nous regrettons cependant que le Parlement n’ait pas lancé un message encore plus fort en décidant l’arrêt du financement de ce projet. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.