Le Parlement européen se mobilise pour protéger la santé des salariés exposés à l’amiante

14 mars 2013
Les eurodéputés viennent d’adopter un rapport dénonçant l’impact de l’amiante sur la santé des travailleurs et envisagent des perspectives pour venir à bout des stocks d’amiante. Pour Karima Delli, eurodéputée EELV, le Parlement européen hausse enfin le ton mais ne va pas assez loin. Explications.
« Aujourd’hui, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) dénombre 125 millions de travailleurs exposés à l’amiante sur leur lieu de travail de par le monde. Chaque année, 112 000 de ces travailleurs ne survivent pas à cet empoisonnement. Dans l’Union européenne, la commercialisation d’amiante et de produits contenant de l’amiante est interdite depuis 2005. Mais l’amiante est une bombe à retardement qui continuera de faire des dégâts pendant des décennies, puisqu’elle se trouve toujours dans de nombreux équipements et infrastructures, dans des bâtiments, des navires, des réseaux de distribution d’eau…

Avec ce rapport, le Parlement hausse le ton et demande plusieurs choses à la Commission européenne :

-une proposition de directive fixant des standards minimaux de formation professionnelle pour les salariés et les cadres du secteur de la maintenance et de la construction, ainsi que les salariés des centres de retraitement des déchets de l’amiante

-une recommandation aux Etats-Membres pour qu’ils développent des registres publics sur l’amiante à même de renseigner employeurs et salariés

-un renforcement la prévention

-la mise en place d’un réseau européen des victimes de l’amiante

-une évaluation a priori renforcée des produits de substitution de l’amiante

Ces mesures représentent un premier pas, mais ne sont pas à la hauteur des enjeux. Je regrette le manque de volonté politique pour rendre obligatoire la localisation et l’enregistrement des stocks d’amiante subsistants ou pour réduire les seuils maximum d’exposition des travailleurs aux fibres d’amiante. De plus, l’harmonisation des procédures nationales de reconnaissance et de compensation pour les maladies professionnelles liées à l’amiante a été remise aux calendes grecques. Pour la majorité conservatrice de ce Parlement, « l’élimination de l’amiante, ça coûte trop cher ». Les victimes de l’amiante et leurs familles apprécieront… »

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*