Les internautes, grands absents du eG8

25 mai 2011
En amont du G8 de Deauville, le Forum sur l’internet a ouvert ses portes hier, à Paris, sous l’égide de Nicolas Sarkozy. Cette réunion autour de « l’internet civilisé », pour reprendre une expression de la censure chinoise, a pour but affiché de débattre des grandes problématiques du net telles que la croissance, la propriété intellectuelle et l’innovation. Pour Malika Benarab-Attou, ne pas y avoir convié la société civile est un non-sens.
COMMUNIQUÉ DE PRESSE – Bruxelles, le 25 mai

Forum eG8

En amont du G8 de Deauville, le Forum sur l’internet a hier ouvert ses portes à Paris, sous l’égide de Nicolas Sarkozy. Cette réunion autour de « l’internet civilisé », pour reprendre une expression de la censure chinoise, a pour but affiché de débattre des grandes problématiques du net telles que la croissance, la propriété intellectuelle et l’innovation.

« Sous des airs de procédé consultatif, ce supposé ‘Forum’ ne rassemble principalement que des multinationales de l’informatique. Un eG8 sans la société civile est pourtant un non-sens », analyse l’eurodéputée Malika Benarab-Attou, coordinatrice des Verts/ALE pour la commission Culture et Éducation.

« Les citoyens, et notamment les jeunes, doivent avoir accès à un internet ouvert et universel qui permette à chaque individu de participer à l’intelligence collective. Nous devons opposer tous les moyens disponibles d’expression et de création aux tentatives de faire de l’Internet un outil de répression et de contrôle. La réaction américaine face à Wikileaks, l’accord ACTA qui sera signé pendant le G8, l’adoption de mécanismes de blocage de sites internet, les discussions à propos d’un espace Schengen virtuel en Europe sont autant d’exemples de gouvernements qui tentent de s’emparer d’Internet et de redéfinir son mode de gouvernance. »

Pour Sandrine Bélier, « Internet a été construit par les internautes. Il ne doit pas tomber entre les mains d’intérêts privés. Son caractère libre et ouvert doit être garanti et reconnu comme un droit fondamental. Les orientations politiques et économiques proposées au sein de l’eG8 ignorent l’usage que les citoyens font d’Internet, ce formidable outil de démocratie, d’exercice de nos libertés publiques et d’accès aux savoirs. En voulant le « réguler » ou le « civiliser », les grandes puissances institutionnalisent des politiques répressives et menacent d’en priver l’accès à tout un chacun. C’est une vision passéiste de ce secteur pourtant plein de promesses. »

– Pour suivre l’activité des e-rebelles et leur appel à la résistance créative :
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*