Le Parlement européen se saisit de la question des transports en Outre-mer

14 novembre 2012
Dans le secteur des transports, l’heure des réformes européennes a sonné. En 2013, les négociations débuteront notamment pour le rail et le cabotage routier. Dans cette perspective, Jean-Jacob Bicep, eurodéputé EELV, a obtenu le financement d’une étude par le Parlement européen sur la problématique des déplacements interurbains et des transports dans les Régions ultra-périphériques (RUP).
Cette étude fera le jour sur les difficultés spécifiques de ces territoires en matière de transports interurbains et de proposer des moyens d’action efficaces au niveau de l’UE, à l’heure où le cadre financier pluriannuel est en négociation. L’objectif, in fine, est de proposer un bilan, des perspectives et des propositions concrètes pour chaque territoire. Ainsi, il sera possible d’identifier le rôle potentiel de l’UE dans le soutien de projets de développement ou d’amélioration des transports publics. « Nous devons aller vers l’efficacité des réseaux interurbains et trouver des leviers pertinents pour encourager les utilisateurs à changer leurs habitudes au profit de modes de transports alternatifs et durables », explique Jean-Jacob Bicep.

Les déplacements dans les RUP sont caractérisés principalement par :

– une trop grande importance accordée à la voiture. Une polarisation des déplacements de type « pendulaire »,  l’utilisation prépondérante des voitures particulières pour se déplacer, au détriment des transports collectifs, un taux d’occupation des voitures qui reste faible, bien que similaire à celui de  métropole, constituent un ensemble de freins quant  à la mise en place de mode de transports alternatifs.

– l’insuffisance du réseau de transports en commun est soulignée dans l’ensemble des RUP, ce qui ne facilite pas la vie des populations, quand il faut utiliser plusieurs  bus chaque jour et attendre un certains temps pour se rendre sur son lieu de travail.

– l’augmentation du prix du carburant a une incidence directe sur le budget des ménages qui elle même se répercute sur la qualité de vie des habitants tant au niveau de l’alimentation qu’au niveau des loisirs et de l’éducation des enfants.

Un exemple de projet contesté : la route du littorale à La Réunion
Indispensables à la vie de la société, les transports génèrent malgré tout des effets multiples sur l’environnement : impacts locaux par le bruit, la pollution locale de l’air, les modifications du paysage ou les risques naturels et technologiques. Des impacts globaux  sur la biodiversité et le changement climatique. Selon une récente étude du Conseil scientifique régionale du Patrimoine naturel, dans le futur projet d’aménagement de la route du littoral, il est question de mettre en place une digue à la sortie de Saint-Denis, cela aura de fâcheuses conséquences sur l’écosystème terrestre. D’où la nécessité impérative de concilier transport et environnement dans tous les futurs projets.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*