Même les agences de notation ne croient pas en l’austérité !

28 février 2012
Les yeux rivés sur les notes attribuées par Standard and Poor’s, Fitch et Moody’s , les responsables politiques et acteurs publics oublient de lire les analyses qui les accompagnent. Elles sont pourtant cruciales pour faire avancer l’Europe analyse l’eurodéputé (EELV) Pascal Canfin.
Qui a écrit récemment « L’austérité budgétaire seule est vouée à l’échec » ? C’est Standard and Poor’s, dans son analyse qui justifie la dégradation de la note de la France.

Comme négociateur de la directive qui va encadrer en 2012 les agences de notation, je suis de très près leurs travaux. Et cela fait des mois que je constate un paradoxe : les gouvernements, notamment en France, ont en quelque sorte sacralisé les notes des agences mais ne prennent pas en compte la totalité de leurs analyses ! A tout ceux qui tirent déjà comme conclusion de la perte du triple A qu’il faut un « tour de vis supplémentaire », je dis : « lisez ce qu’écrivent les agences ».

Rejet de l’austérité

Si les agences rejettent l’austérité, c’est parce que lorsqu’elles entrent dans leur modèle l’ensemble des politiques de contraction budgétaire menées actuellement en Europe, le bilan est encore plus négatif pour les États. En effet, la récession diminue les recettes fiscales, augmente les dépenses sociales en raison de l’explosion du chômage, et, finalement, ne permet même pas de réduire de manière crédible le déficit.

Lire la suite sur le blog du nouvel obs.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*