Mises en examen dans l’affaire Mediator : toute la lumière doit être faite sur les conflits d’intérêts

20 février 2013
Deux anciens cadres de l’Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM), Jean-Michel Alexandre et Eric Abadie, ainsi qu’une ancienne salariée de Servier (fabricant du Mediator), viennent d’être mis en examen dans le cadre du volet « tromperie et prise illégale d’intérêt » du dossier Mediator, nous apprend France Info le 18 février. Les liens financiers entre ces anciens responsables d’agences et les laboratoires Servier apparaissent de plus en plus évidents.
Michèle Rivasi, eurodéputée EELV, rappelle à cette occasion qu’elle avait saisi en février 2011, avec sa collègue Eva Joly, l’Office européen de lutte anti-fraude (Olaf) pour faire la lumière sur d’éventuels conflits d’intérêts entre les autorités sanitaires européennes et le laboratoire Servier dans l’affaire du Mediator.

« Nous avions pointé du doigt l’exemple de l’expert français en pharmacologie Jean-Michel Alexandre, qui a présidé la commission de vigilance de l’Agence européenne du médicament (EMA) de 1995 à 2000 et qui travaillait également à l’Agence française des médicaments (AFSSAPS), deux agences qu’il a quittées pour devenir consultant pour l’industrie pharmaceutique, notamment pour les laboratoires Servier. Sa mise en examen pour participation illégale d’in fonctionnaire dans une entreprise précédemment contrôlée n’est pas du tout surprenante ! Eric Abadie a pour sa part été président de la commission de vigilance de l’EMA depuis 2007 et directeur des affaires médicales du syndicat des industries pharmaceutiques, avant d’occuper également des postes à l’Afssaps. Il a été contraint de quitter l’EMA en avril 2012, ce dont je me suis réjouis », explique-t-elle.

« L’influence de ces représentants français de l’Afssaps au sein de l’EMA, dans la gestion de la pharmacovigilance du Mediator a toujours été flagrante. Pourquoi avoir attendu si longtemps pour retirer ce médicament du marché, alors même que des cas de valvulopathies cardiaques étaient signalés ? Eric Abadie devait également diligenter une étude, dont les résultats ont été fournis très tard… Alors que le médicament coupe-faim est retiré du marché espagnol en 2003 et italien en 2004, la France est l’un des derniers pays à l’avoir interdit en novembre 2009. Nous avions à l’époque demandé la démission d’Eric Abadie, car on ne peut pas de manière crédible continuer à diriger un comité d’évaluation des médicaments à usage humain en étant aussi peu indépendant du lobby pharmaceutique… », poursuit l’eurodéputée.

« L’Olaf a ouvert une enquête interne le 22 juillet 2011 afin de vérifier les soupçons de conflits d’intérêts au sein de l’Agence européenne des médicaments. Ses travaux se poursuivent en France, m’ont-ils assurés récemment, j’en vois la preuve aujourd’hui », conclut Michèle Rivasi.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*