« Pur jus d’orange » : une appellation mieux contrôlée

15 décembre 2011
Le Parlement européen a approuvé, mercredi 14 décembre, de nouvelles règles d’étiquetage pour les jus de fruits et les nectars. Une clarification qui devrait aider les consommateurs européens à distinguer les mélanges de jus… des vrais jus et à mieux comprendre les allégations « sans sucres ajoutés » sur les bouteilles.
En adoptant le rapport du socialiste espagnol Rodriguez, les eurodéputés ont entériné la mise à jour d’une législation pour les jus de fruits en vigueur depuis 2001. « Ces nouvelles règles vont permettre d’empêcher les consommateurs d’être induits en erreur dans leurs achats de jus de fruits et boissons à base de fruits », s’est réjouit Michèle Rivasi, eurodéputée EELV, membre de la commission Environnement et Santé publiques.

Lors des négociations, les eurodéputés Verts/ALE ont en effet réussi à obtenir des règles plus claires en matière d’étiquetage, notamment des dispositions empêchant d’utiliser des noms de produits qui pourraient tromper les consommateurs. Les jus de fruits constituent un apport essentiel à une meilleur hygiène alimentaire. Il est donc vital de permettre aux consommateurs de ne pas se tromper dans leur achat !

Les Etats-membres disposent désormais de 18 mois pour adapter leur législation nationale : ce qui va changer

– Un mélange de deux jus devra, à l’avenir, recevoir une dénomination qui reflète son contenu. Par exemple, un jus contenant 90 % de jus de pommes et 10 % de jus de fraises devra porter le nom de « jus de pommes et de fraises », alors qu’actuellement il pourrait simplement avoir la dénomination « jus de fraises ». Une appellation générique, telle que « mélange de jus », pourrait être utile si le jus contient trois fruits différents ou plus.

– A l’avenir, les jus de fruits ne contiendront, par définition, aucun sucre ou édulcorant. Les « nectars », à base de purée de fruits avec de l’eau ajoutée, pourraient contenir des sucres ajoutés ou des édulcorants. L’étiquette « sans sucres ajoutés » ne sera pas autorisée pour les nectars contenant des édulcorants artificiels, tels que la saccharine, en vue d’éviter toute confusion éventuelle.

– De nombreux produits vendus en tant que « jus d’oranges » contiennent jusqu’à 10 % de jus de mandarines, qui contribuent à donner de la couleur et du goût. Cette pratique est courante au Brésil et aux États-Unis, qui détiennent une grande part du marché européen. Afin de maintenir des conditions équitables, l’ensemble des jus d’oranges importés et européens devront être purs pour pouvoir être vendus en tant que tels, ou inclure la mandarine dans la dénomination du produit.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*