Qui sont les pirates de la biodiversité ?

17 septembre 2012
Alors que 97 % des détenteurs de brevets sont situés dans l’hémisphère Nord, 90 % du patrimoine génétique se déploient dans l’hémisphère Sud. En plaquant le concept de propriété intellectuelle sur ces ressources naturelles et leurs usages, les industries cosmétiques ou pharmaceutiques s’approprient de manière totalement illégitime des pratiques thérapeutiques ancestrales transmises oralement par des populations locales. Elles mettent également une forte pression économique sur la biodiversité.
Cette injustice économique et sociale est en passe d’être dénoncée grâce aux 168 pays signataires de la Convention pour la diversité biologique. En octobre 2010, à Nagoya, un nouveau protocole commençait d’être rédigé et proposait un « partage équitable » des bénéfices réalisés grâce à l’utilisation de ressources génétiques… un accord de principe que les gouvernements doivent désormais ratifier et mettre en œuvre concrètement. C’est tout l’enjeu du prochain rendez-vous international pour la biodiversité qui aura lieu à Hyderâbâd en Inde, en octobre prochain.

Les mesures prises à Hyderâbâd seront-elles à la hauteur de nos attentes ? Les eurodéputés EELV sont mobilisés pour que ce sommet soit un succès. Le 6 septembre dernier, les écologistes Catherine Grèze et Sandrine Bélier ont accueilli notamment Vandana Shiva, Nicolas Hulot et Thierry Lucas lors d’une conférence au Parlement européen de Bruxelles pour préparer cette échéance.

« Qu’est-ce que la biopiraterie ? » par Catherine Grèze, eurodéputée EELV.


Luttons contre la biopiraterie

« Après le Sommet de Rio + 20 » par Sandrine Bélier, eurodéputée EELV.


Sandrine Bélier : les défis du prochain Sommet…

« Breveter le vivant est indigne » par Nicolas Hulot


Nicolas Hulot : les défis du prochain Sommet des…
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*