Rassemblement : ils ont mis de l’eau dans le gaz de schiste !

Plusieurs milliers de personnes ont participé samedi 26 février au premier rassemblement national contre le gaz de schiste organisé à Villeneuve-de-Berg en Ardèche alors que le matin même dans la Drôme une coordination nationale des collectifs locaux et départementaux voyait le jour.

Il y avait entre 10 000 personnes selon la préfecture et 20 000 selon les organisateurs. Mais pour le Collectif 07 Stop au gaz de schiste qui appelait à la première manifestation nationale contre le gaz de schiste, le rassemblement de Villeneuve-de-Berg en Ardèche samedi 26 février aura été de toute façon un succès. « Ce rassemblement réussi démontre notre capacité de mobilisation à l’adresse de Schuepbach, de GDF-Suez, de Total et des autres et, à l’adresse de notre gouvernement » lançait Jean-Louis Chopy, porte-parole du collectif.

Des risques lourds pour l’économie locale

Un peu plus tôt, Claude Pradal, le Maire de la commune avait rappelé qu’à l’instar d’autres collectivités, le conseil municipal de Villeneuve–de-Berg avait délibéré en faveur d’« une annulation de l’arrêté ». Dénonçant « les modifications apportées au code minier » qui « simplifient la vie des prospecteurs » il avait affirmé que « les conséquences pourraient s’avérer lourdes » pour « l’agriculture et le tourisme » qui « tiennent une grande place dans l’économie » locale. Son collègue et voisin de Valvignères Jacques Lebrat soulignait lui l’importance de cette manifestation ayant rassemblé « au-delà des clivages habituels, au-delà des courants politiques traditionnels ». Un rassemblement haut en couleur avec des banderoles improvisées et inspirées, « pas la peine d’inschister », « gazpille pas ta vie », « no gazaran » ou bien sûr « que ma montagne est belle sans gaz de schiste »…, sous les yeux de nombreux élus locaux et départementaux ceints de leur écharpe.

Une coordination nationale des collectifs

A la foule bigarrée, bon enfant et souvent familiale des ardéchois se mêlaient des manifestants venus d’autres départements concernés par des permis d’exploration de gaz ou d’huile de schiste : Aisne, Aveyron, Drôme, Gard, Hérault, Lozère, Marne, Seine-et-Marne, Var, Vaucluse… Il faut dire que dans la matinée, à l’appel des eurodéputés Europe écologie Les verts Michèle Rivasi et José Bové présents à Villeneuve, des collectifs locaux et départementaux venus de toute la France s’étaient réunis à Saint-Marcel-les-Valence dans le Drôme où ils avaient créé une coordination nationale pour « mettre en synergie tous les moyens, y compris les moyens juridiques » pour s’opposer au gaz de schiste.
28 février 2011, Pierre Magnetto

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.