Stratégie européenne pour le développement économique et social des régions montagneuses, îles, et zones faiblement peuplées

24 septembre 2010
Monsieur le Commissaire

La définition d’une stratégie européenne pour le développement économique et social des régions de montagne, des îles et des zones à très faibles densité de population, est une véritable nécessité.
L’article 174 du traité de Lisbonne traduit enfin la prise de conscience de l’Union européenne vis à vis de ces territoires qui doivent surmonter des handicaps permanents.

La Commission doit désormais proposer des stratégies concrètes aptes à garantir l’égalité de situation pour les citoyens de ces territoires, afin qu’ils puissent compenser effectivement les handicaps qu’ils subissent dans leur vie quotidienne, mais aussi dans leurs activités économiques.

A cet égard le PIB par habitant, ce critère constamment mis en avant pour les fonds structurels ne peut suffire à lui tout seul : ces régions perdent beaucoup de population, et, à force d’en perdre, leur population résiduelle pourrait même accéder à un PIB par habitant de plus en plus haut ! Il faut donc avoir une approche beaucoup plus élaborée pour ces territoires, et notre groupe veut insister sur ce point.

Monsieur le Commissaire

L’article 174 du Traité de Lisbonne reconnaît la spécificité de ces territoires. Il faut donc mettre en place des mesures spécifiques pour les développer et pour traiter leurs problèmes spécifiques.
Ces mesures doivent être éligibles aux fonds structurels, notamment quand les problèmes se posent de manière particulièrement aiguë : effets du réchauffement climatique, approvisionnement énergétique, désenclavement et problèmes de transports…

Aussi nous appelons la Commission à prévoir pour les prochaines perspectives financières qui couvriront la période de programmation 2014-2020, des fonds spécifiques alloués à ces territoires.

Nous soutenons aussi la poursuite et la généralisation des dispositifs tel que les Groupements Européens de Coopération Territoriale en insistant que soient levés les obstacles actuels aux coopérations transfrontalières.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.