Transport routier dans l’UE: le Parlement exige des règles claires

18 mai 2017
Suite à l’adoption par le Parlement européen d’une résolution sur le transport routier au sein de l’UE, déclaration de Karima DELLI, Présidente de la Commission des transports.
 
« Le paquet législatif consacré au transport routier qui sera annoncé dans 15 jours arrive à un moment crucial. Il était donc crucial que le Parlement expose sa vision du secteur en amont. En effet, on parle d’un secteur qui est aujourd’hui confronté à 3 défis majeurs.

Premier défi, le routier contribue à 20% des émissions de gaz à effet de serre de l’Union européenne. Il faut que ça baisse, et vite, si l’on veut respecter les engagements pris lors de la COP21 pour sauver la planète, le climat et l’humanité. Pour cela, il est urgent que la Commission propose, entre autres, des normes plus ambitieuses en matière d’émissions de CO2 pour les camions et autobus.

Deuxième défi, la numérisation doit permettre de faciliter le travail des salariés, de faciliter la mobilité transfrontalière, mais aussi d’améliorer le contrôle pour garantir le respect de la loi. Mais tout cela ne peut pas attendre 2034, comme le propose la Commission pour achever l’équipement de la flotte européenne du smart tachygraphe !

Car le troisième défi, il faut le régler avant qu’il soit trop tard: le routier est devenu une jungle sociale à cause de la triche, une triche organisée par des entreprises de transport qui usent et abusent du dumping social grâce aux bas salaires de travailleurs venus de pays de l’Est. Il est temps d’affirmer ce principe « sur le même lieu, à travail égal, salaire égal » ! À ce titre, je regrette qu’une majorité de mes collègues refuse toujours de créer une agence européenne du routier, véritable gendarme dont la mission serait de garantir le respect de la législation européenne.

Cette concurrence déloyale fait des ravages en matière d’emploi et nuit aux conditions de travail des salariés. Elle oppose les travailleurs européens entre eux, nourrit la colère des uns et des autres, c’est le poison qui tue le projet européen! Pour toutes ces raisons, le projet bientôt délivré par la Commission doit être en cohérence avec sa proposition de pilier européen des droits sociaux.

L’enjeu de ce paquet mobilité, c’est la survie du projet européen ! C’est le dernier arrêt avant le triomphe des partis eurosceptiques. Nous avons une obligation de résultats. »

L’intervention de Karima DELLI à l’occasion du débat en plénière sur le sujet :

Photo : Seb Creativo

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*