GCO : inutile, climaticide, nuisible aux écosystèmes et aux humains

Le projet de Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) – en plus de ne pas résoudre les problèmes de gestion de trafic pour lesquels il a été pensé il y a plusieurs décennies – est climaticide et nuira à terme à la biodiversité ainsi qu’à la santé des Alsacien.ne.s. Retour sur la mobilisation des eurodéputé.e.s écologistes contre cette aberration.

Le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) est un projet autoroutier d’une autre époque et une aberration au moment où les territoires sont en première ligne dans la lutte face au réchauffement climatique. Chacun de nos passages à Strasbourg est l’occasion de soutenir le combat légitime des opposants au projet qui se mobilisent pacifiquement face à des représentants de l’État qui ont autorisé le commencement de travaux avant que tous les recours en justice ne soient examinés. La guerilla juridique des opposants freine néanmoins considérablement leur avancée.

– En 2011, l’eurodéputée alsacienne Sandrine Bélier accueillait à la Commission des Pétitions du Parlement européen les pétitionnaires « GCO-Non Merci » et « Alsace Nature » qui contestaient le décret du 23 janvier 2008 déclarant d’utilité publique le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO). La Commission avait jugé recevable cette pétition pour violation du droit communautaire.

– En 2012, les pétitionnaires étaient à nouveau invités par Sandrine Bélier à défendre leur cause au Parlement européen.

– Quelques années plus tard, en janvier 2018, Karima Delli dénonçait par communiqué de presse le feu vert donné par le gouvernement.

– En mars 2018, nous attaquions le gouvernement pour son passage en force dans une tribune collective.

– En juin dernier nous fustigions par la voix de José Bové la plainte de Vinci contre les habitants de la ZAD du Moulin.

– En août dernier, juste avant le départ de Nicolas Hulot du gouvernement, nous l’appelions à refuser le GCO. Nous nous étions rendus au rassemblement des opposants avec des écologistes allemands.

– En septembre dernier, nous dénoncions par un communiqué de presse de Karima Delli l’évacuation de la ZAD de Kolbsheim et demandions au nouveau ministre de l’écologie de déclarer un moratoire sur le projet. Nos mots se sont joints à l’action puisque Karima Delli et José Bové sont allés manifester de nuit aux côtés des opposants. Dans une altercation avec les forces de l’ordre Karima Delli avait reçu du gaz lacrymogène en pleine figure, ce qui avait permis de médiatiser encore un peu plus la mobilisation, avec une dépêche AFP reprise par l’ensemble des média nationaux.  Elle avait publié un message dénonçant les violences policières contre des manifestants pacifistes. Yannick Jadot s’y était rendu quelques jours plus tard et avait participé à la manifestation à Strasbourg. Il avait d’ailleurs écrit à la Commission européenne et à la Banque Européenne d’Investissement pour les rencontrer puisque l’argent public européen finance en partie ce projet néfaste.

– En octobre dernier, José Bové, Karima Delli, Yannick Jadot et Michèle Rivasi se rendaient à Kolbsheim une énième fois pour dénoncer le GCO et le passage en force du gouvernement. Ce qui avait permis de dénoncer ce projet en direct sur France 3 Alsace

– En novembre dernier, nous mobilisions des eurodéputés de différents pays et groupes politiques pour soutenir les grévistes de la faim. Nous les avons invité au Parlement européen pour plaider leur cause auprès des élus mais aussi de la presse (en a suivi un entretien spécial avec L‘Humanité). Nous avions organisé un « Facebook live » avec José Bové, qui avait permis de faire connaître le sujet à de nombreux Français.

– En janvier, Karima Delli a été récompensée pour son engagement contre le GCO en devant citoyenne d’honneur de la ville de Kolbsheim.

 

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.