GCO : soutien aux grévistes de la faim

Face à un État qui joue la montre et refuse le dialogue, certain.e.s opposant.e.s au projet autoroutier de Grand Contournement Ouest de Strasbourg ont entamé une grève de la faim. Nous les avons invité.e.s au Parlement européen le 13 novembre 2018 afin de s’exprimer sur leur combat.

Le Grand Contournement Ouest de Strasbourg (GCO) est un projet autoroutier d’une autre époque et une aberration au moment où les territoires sont en première ligne dans la lutte face au réchauffement climatique. Chacun de nos passages à Strasbourg est l’occasion de soutenir le combat légitime des opposants au projet qui se mobilisent pacifiquement face à des représentants de l’État qui ont autorisé le commencement de travaux avant que tous les recours en justice ne soient examinés. Ce passage en force et ces violations des réglementations environnementales sont inadmissibles et dangereuses.

Face à cette brutalité, certain.e.s opposant.e.s en se sont lancé.e.s dans une grève de la faim depuis le 25 octobre 2018. Ils ont pris cette décision difficile pour attirer l’attention du Premier Ministre Édouard Philippe et du Ministre de la transition écologique François de Rugy. Leurs demandes sont simples et légitimes : suspendre les travaux tant que toutes les décisions de justice n’auront pas été prononcées ainsi que la mise en place d’une commission de concertation pour évaluer les alternatives à ce projet qui détruit des terres agricoles et ne permettra pas de réduire la circulation dans la plaine d’Alsace et la pollution atmosphérique. 

Au 23e jour de leur grève de la faim, nous avons reçu les cinq grévistes afin qu’ils puissent s’exprimer et rencontrer des représentant.e.s de la presse européenne. Entretemps, plusieurs participant.e.s ont malheureusement dû stopper l’action pour raisons médicales.

Les grévistes étaient accompagné.e.s de Dany Karcher, le Maire de Kolbsheim, commune gravement impactée par le projet et d’Alain Jund, élu strasbourgeois ayant démissionné de ses délégations, ainsi que les autres élu.e.s écologistes de la ville et de l’Eurométropole, en protestation suite au lancement du chantier.

Plus tard, juste avant la séance de votes du jour, des eurodéputé.e.s écologistes de divers pays sont venu.e.s marquer leur soutien aux grévistes de la faim (voir photo en entête de l’article). En plus de nous six, étaient présent.e.s : Klaus Buchner, Romeo Franz et Maria Heubuch (Allemagne), Monika Vana (Autriche), Tilly Metz (Luxembourg), Molly Scott Cato (Royaume Uni), Philippe Lamberts et Bart Staes (Belgique) ainsi que Josep Maria Terricabras (Espagne).

La majorité des eurodéputé.e.s présent.e.s sur la photo sont d’ailleurs co-signataires de l’appel au Président Macron que nous avons envoyé le 16 novembre et qui demande, en plus d’un moratoire sur le projet, une réponse aux grévistes et une mise en conformité des actes de l’État français avec les hautes ambitions climatiques revendiquées par le Président de la République depuis son élection.

 

Ci-dessous l’entretien avec les grévistes de la faim, mené en direct sur le compte Facebook de José Bové

 


PLUS D’INFORMATIONS

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.