Travail forcé des enfants : l’UE ne fera pas commerce avec l’Ouzbékistan

15 décembre 2011
Jeudi 15 décembre, le Parlement européen a refusé de donner son consentement à l’accord de commerce de textile UE-Ouzbékistan tant que ce pays n’autorise pas la mission indépendante de l’Organisation internationale du travail (OIT) à exercer une surveillance étroite et sans entrave des champs de coton pendant la récolte. Cette mission doit surtout confirmer que des réformes concrètes ont été mises en œuvre pour mettre fin à la pratique du travail forcé des enfants.
Pour Nicole Kiil-Nielsen, eurodéputée EELV, membre de la commission Affaires étrangères :

« C’est la première fois que le PE use du nouveau pouvoir que lui confère le Traité de Lisbonne et refuse d’entériner un accord de commerce au nom des droits humains. Notre action est ainsi cohérente par rapports aux valeurs que nous défendons et conforme aux revendications des ONG, syndicats et associations de détaillants de textile européens qui refusent d’acheter le coton ouzbèke tant que la pratique du travail forcé des enfants n’est pas abolie. La balle est maintenant dans le camp de la Commission qui doit nous prouver par des actions concrètes que les droits de l’Homme sont vraiment au cœur des actions extérieures de l’UE et de retirer le système des préférences généralisées à l’Ouzbékistan. »


Intervention en plénière sur l'accord de…
Partager cet article

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*