Une occasion ratée d’amorcer une réelle transition énergétique en Europe

25 février 2015
La Commission européenne a présenté aujourd’hui sa proposition sur l’Union européenne de l’énergie. Celle-ci sera discutée le mois prochain par les leaders européens.

Claude Turmes, Porte-parole sur l’énergie du groupe Verts-ALE a déclaré:

« L’Union européenne de l’énergie devrait faire partie des projets phares de l’UE pour les années qui viennent. Au lieu de cela, la Commission européenne rate l’occasion d’amorcer une réelle transition énergétique du continent. Plutôt que de se concentrer sur les moyens d’accroître l’autonomie énergétique européenne dont les coûts financiers et politiques sont colossaux, la Commission se focalise sur la recherche de nouvelles routes pour l’approvisionnement en gaz et la renaissance du nucléaire.
Une non-réponse à notre dépendance énergétique envers des exportateurs aux régimes contestables quand la priorité devrait être donnée à l’efficacité énergétique, la meilleure des armes pour garantir la sécurité énergétique européenne.
Nous accueillons cependant positivement la volonté de la Commission de proposer une nouvelle législation sur l’efficacité énergétique et les énergies renouvelables. Celle-ci devrait, selon nous, privilégier des objectifs européens plus ambitieux sur les économies d’énergie et la part des renouvelables dans la production d’énergie.
Deux éléments qui devraient être au coeur du projet sur l’Union européenne de l’énergie mais qui ne semblent manifestement pas primordiaux aux yeux de la Commission européenne. Celle-ci ne tient pas compte de la nécessité de sortir de la production d’énergie à partir du charbon et des projets sur les soi-disant combustibles fossiles propres. De plus, en en favorisant le nucléaire massivement subsidié au détriment des énergies renouvelables, la Commission européenne perpétue une tradition contestable du point des règles régissant le marché intérieur basé sur une concurrence libre et non faussée.
 »

Pour Yannick Jadot, eurodéputé écologiste et coordinateur du groupe des Verts/ALE pour la COP21 :

« L’Union européenne de l’énergie devrait s’assurer que l’ensemble des citoyens et des municipalités aient un véritable rôle à jouer dans le contrôle de leur système énergétique. C’est un principe clé de la réussite d’une transition énergétique bénéfique à l’ensemble de nos sociétés, basée sur les renouvelables et l’efficacité énergétique. Cela doit être la priorité si nous souhaitons sérieusement renforcer notre sécurité énergétique, créer des emplois de qualité, relancer notre économie et s’assurer que nous jouons notre rôle dans la lutte contre le dérèglement climatique. Cependant, la Commission semble ne voir dans les citoyens que de simples consommateurs et en aucun cas des partenaires actifs dans ce processus.
Les propositions faites aujourd’hui ne permettront pas de créer le système énergétique dont nous avons besoin pour éliminer les gaz à effet de serre et ainsi limiter à 2°C l’augmentation de la température, seuil critique préconisé pour éviter les catastrophes climatiques. Nous aurons besoin d’un changement de paradigme bien plus rapide vers des énergies propres et sûres. Heureusement, nous ne sommes ici qu’au début du processus qui doit définir une Union européenne de l’énergie plus juste et plus adaptée aux grands défis d’aujourd’hui.
 »

(1) Le mois dernier, les Verts ont publié leur vision de ce que devrait être la future Union européenne de l’énergie. Ce texte peut être consulté ici : http://www.greens-efa.eu/une-union-de-l-energie-verte-13519.html

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*