La désobéissance civile au service d’une Europe sans armes nucléaires

21 février 2019

Mercredi 20 février 2019, Michèle RIVASI a pénétré avec 2 autres eurodéputées et des activistes anti-nucléaires sur la base militaire de Kleine-Brogel en Belgique, lieu de stockage de missiles nucléaires américains, pour exiger le retrait des armes nucléaires américaines du sol européen et enclencher une désescalade en ces temps de chaos planétaire.

Trois députées du Parlement européen : Michèle Rivasi (France), Tilly Metz (Luxembourg) et Molly Scott-Cato (Royaume-Uni), et un groupe d’activistes de l’ONG Agir pour la Paix sont entrés dans la base aérienne belge de Kleine Brogel en tenant une bannière « Zone sans armes nucléaires pour l’Europe » et ont bloqué symboliquement la piste de la base aérienne où sont basés les avions F-16 belges porteurs des missiles nucléaires, pour demander le retrait des bombes nucléaires américaines sur le sol européen.

À l’annonce de leur arrestation, une seconde équipe menée par l’eurodéputé autrichien Thomas Waitz est intervenue devant l’entrée de la base pour afficher une deuxième banderole. Cette équipe a également été arrêtée.

Tout le monde a été libéré après quelques heures de vérifications diverses au commissariat.

Alors que les tensions montent sur la scène internationale, cette action visait à alerter le public et à placer la question du désarmement nucléaire au cœur de l’agenda européen.

Une action qui intervient peu après une manifestation organisée avec des membres de ICAN France devant le ministère des Armées et à laquelle participaient Karima DELLI et Michèle RIVASI. Une lettre appelant au désarmement nucléaire de la France, co-signée aussi par José BOVÉ, avait également été envoyée à Emmanuel Macron il y a quelques mois.

Trois revendications sont au cœur de cette démarche :

  • le retrait des bombes nucléaires américaines stationnées en Europe
  • la ratification du Traité d’interdiction des armes nucléaires par tous les États membres
  • la création d’une zone exempte d’armes nucléaires pour l’Europe

Cette opération a eu un très grand retentissement dans la presse européenne et mondiale. Quelques articles par exemple : Huffington Post (FR), The Guardian (UK), Newsweek (USA), BBC (UK), France 3 (FR), Le Dauphiné (FR), Milliyet (TU), Irish Times (IR), Paperjam (LU), RTBF (BE), ORF (AU), Der Standard (AU), etc.


Les réactions des député.e.s européen.ne.s :

Michèle RIVASI députée européenne écologiste et co-fondatrice de la CRIIRAD :

« Aujourd’hui, 15 000 bombes nucléaires sont encore en circulation dans le monde et une vingtaine de bombes nucléaires sont toujours présentes sur la base militaire de Kleine-Brogel. Pourtant, tout le monde semble avoir oublié leur présence et surtout, leur danger. Or, les bombes stockées en Belgique sont dotées d’une puissance réglable pouvant aller de 1Kt à 340 Kt, soit jusqu’à 26 fois la puissance de la bombe d’Hiroshima…

Un accord bilatéral secret entre un État membre et les USA est un choix imposé d’une extrême violence imposée au peuple belge et européen. Ces accords bilatéraux ne laissent aucune place au débat démocratique, ni à une réelle prise en compte des citoyens. C’est pourquoi nous nous joignons à des activistes aujourd’hui pour faire de la désobéissance civile puisque nous estimons que l’intérêt général est menacé. »

Molly SCOTT-CATO, députée européenne du groupe des Verts (Royaume-Uni) :

« Les armes nucléaires sont obsolètes à l’ère de la guerre asymétrique et de la cyberguerre et ne sont pas placées dans une politique de défense européenne du XXIe siècle. Notre action est destinée à inciter les pays de l’UE à éliminer les armes nucléaires américaines du sol européen et des nations nucléaires européennes devraient immédiatement adhérer au traité initié par ICAN et entamer le processus de démantèlement de leurs armes nucléaires. La Grande-Bretagne et la France ont ignoré leurs obligations au titre du TNP depuis trop longtemps. »

Tilly METZ, députée européenne du groupe des Verts (Luxembourg) :

« Avec le retrait des États-Unis et de la Russie du traité INF, l’Europe est confrontée à une nouvelle course aux armements nucléaires. Si nous voulons sortir de l’impasse actuelle et garantir notre sécurité, nous devons intensifier nos efforts en faveur du désarmement nucléaire en Europe. L’OTAN devrait retirer son arsenal nucléaire tactique du sol européen et la Russie, en retour, devrait s’engager à se débarrasser de ses missiles de croisière et de ses missiles à courte portée Iskander. »

Thomas WAITZ, député européen du groupe des Verts (Autriche) :

« Les États-Unis comme la Russie jouent actuellement avec le feu nucléaire. Nous devons faire tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher une nouvelle course aux armements entre les États-Unis et la Russie sur le sol européen. Notre demande est de déclarer l’Europe une zone exempte d’armes nucléaires au service des citoyens européens et de la paix. »


L’opération en quelques images :


Ci-dessous la réaction de Michèle Rivasi suite à sa sortie du commissariat :

L' »Appel » lié à cette action est accessible en ligne.
Pour télécharger le dossier de presse.

Partager cet article

Un commentaire

  • Bret Daniel dit:
     - 

    vu l’instrumentalisation par le gouvernement français du soulèvement des GJ, avec un grand débat jusqu’à mi mars… et la tentative de focalisation sur le duel Macron-FN/européeistes-nationalistes, il va être difficile de faire émerger un autre projet : l’écologie entre libéralisme et populismes…
    Mme Michèle Rivasi, avec vos collègues écolo européens, vous allez devoir passer 2 j par semaine jusqu’en mai dans les commissariats pour créer du buzz sur le programme écolo européen…
    bon courage, on vous soutient