Bien-être animal : le Parlement européen demande à la Commission de revoir sa copie

14 février 2019

Karima DELLI se félicite de l’adoption par le Parlement européen d’un rapport qui demande à la Commission européenne de veiller à ce que les États membres appliquent le règlement de 2005 de manière cohérente et approfondie, et d’engager par exemple des procédures d’infraction contre ceux qui ne le font pas.

Pour Karima DELLI, Présidente de la Commission Transports du Parlement européen :

« Nous avons besoin de sanctions plus cohérentes d’un État membre à l’autre, afin de dissuader les récidivistes. Ce rapport plaide en faveur d’un passage au commerce de la viande et de la carcasse plutôt qu’au transport d’animaux vivants, tout en remettant en question l’échelle de la production animale industrielle, ses conséquences directes sur le bien-être animal et ses implications environnementales.

Plusieurs millions d’animaux subissent chaque année en Europe d’effroyables conditions de transport: enfermés, exploités, violentés…Nous ne pouvons plus fermer les yeux sur cette maltraitance animale. Les animaux ont le droit au respect et à la bienveillance, comme les êtres humains.
L’an dernier, plusieurs ONG ont démontré que 70% des camions inspectés à la frontière bulgare ne respectent pas la législation européenne.
Et nous devons faire toute la lumière, sur ces pratiques, c’est pour cela que nous demandons toujours une commission d’enquête parlementaire.

Il est temps que l’Europe se préoccupe du bien-être des animaux; de réduire la durée maximum de voyage et d’interdire les exportations animales de l’Union vers les pays tiers.
Il est de notre devoir de défendre la vie des animaux plutôt que les intérêts de l’industrie agroalimentaire, quitte à déplaire aux groupes socialistes et conservateurs qui les ont trop longtemps protégés. Enfin, j’ajouterai que de consommer local, c’est le meilleur moyen d’éviter la souffrance animale. »


Ci-dessous, l’intervention de Karima DELLI lors du débat sur ce rapport :

Partager cet article

2 commentaires

  • Gracia ROBINSON dit:
     - 

    un animal est un être doué de sensibilité, ce n’est ni un esclave ni un produit de consommation. STOP à l’exploitation animale quelle qu’elle soit.

  • CORNILLON YVES dit:
     - 

    Chacun est libre de ses choix pour se nourrir, une minorité ne doit pas imposer les siens, durant 20 ans en tant que technicien des services vétérinaires j’ai inspecté des transports d’animaux à destination de l’Italie ou d’autres pays, je n’ai jamais rencontré d’animaux dans les conditions effroyables décrites par les extrémistes de la protection animale.
    Je suis pleinement conscient qu’il existe des dérives mais les exemples relayés en boucle ne sont pas le reflet de la réalité. Derrière toutes ces associations « protectionnistes » se cachent une minorité qui veut imposer ses choix et les politiques leur caressent le poil pour des raisons bien connues, ceux-ci une fois passé leur mandat que font-ils ??
    Je continue donc à manger de la viande, que ceux qui n’en veulent pas nous fichent la paix et ne cherchent pas par tous les moyens à nous imposer leurs choix !!!