Chargeur universel – Le Parlement Européen contre Apple

31 janvier 2020

Le chargeur commun dans notre vie de tous les jours, c’est un grand paradoxe à beaucoup de niveaux.

A la fois on en a beaucoup trop : un pour chaque appareil électronique qu’on achète – ça vient avec le package. Et à la fois, on n’en a jamais quand on en a vraiment besoin, que la batterie tombe à plat, et nos proches n’ont pas la bonne marque ou le bon modèle qu’on pourrait emprunter.

On sait aujourd’hui que les déchets électroniques représentent 50 millions de tonnes chaque année, dont 13 millions rien qu’en Europe. Le fait de multiplier les chargeurs à tout va est une aberration compte tenu de l’étendue du problème. On sait aussi que c’est une marge de profit et une stratégie de fidélisation des clients que d’avoir un chargeur associé à sa marque, mais que ça ne profite aucunement aux consommateurs.

Le chargeur universel, c’est donc une évidence, à la fois en terme de praticité et de protection des consommateurs, mais aussi pour la protection de l’environnement.

 

Une longue saga face aux géants du numérique

La saga du chargeur commun a commencé en 2009. A l’époque, quatre des plus grandes sociétés du secteur électronique (Apple, Samsung, Huawei et Nokia) avait signé un protocole d’accord volontaire pour une harmonisation de leurs chargeurs pour les nouveaux modèles à sortir en 2011. En 2012, alors que les autres respectaient leur promesse, Apple lançait sa solution de chargement Lightning sans considération pour l’accord signé.

Le Parlement Européen a alors voté la règle d’un chargeur universel en 2014, à charge pour la Commission d’appliquer la règle, ce qu’elle devait faire par acte délégué d’ici à 2019.

La Commission a depuis privilégié une approche sur la base du volontariat de l’industrie. Si certaines avaient déjà accepté de s’aligner sur un standard commun, Apple n’a non seulement pas joué le jeu de la coopération, mais s’est livré à un lobby agressif auprès de la Commission et des médias afin d’empêcher l’application du droit européen.

Cela fait donc plus de six ans que les demandent d’études d’impacts et de rapports d’experts retardent toute action concrète en la matière. La dernière étude commandée en date, bien que finalisée depuis octobre 2019 et présentée à un panel d’expert commandité par la Commission (DG GROW), n’a toujours pas été révélée. Sa publication est différée par la Commission sans explication particulière.

 

Le premier pavé sur le chemin d’un Green Deal Européen

Trois générations d’Eurodéputé.e.s plus tard, David Cormand a donc repris à bras le corps le dossier.

« Il est inadmissible qu’une mesure votée par le Parlement en 2014 ne soit à ce jour toujours pas une réalité. » commente-t-il. « Il en de la crédibilité de l’Union Européenne aux yeux des citoyen.ne.s. »

La bataille du chargeur consiste à s’assurer que développement technologique se fasse au service des consommateurs et de la planète. Elle est la solution qui permettrait de ne plus jongler avec quatre chargeurs dans son sac, de pouvoir assurer la charge des appareils à moindre coût et de mettre fin à des montagnes de déchets électroniques.

« Il est temps de siffler la fin de la récréation. Ce n’est pas aux géants de la tech de dicter leurs normes sans considération pour les consommateurs et l’environnement. C’est au régulateur d’équilibrer les intérêts en présence pour le bien commun. »

L’eurodéputé a donc poussé le sujet du chargeur commun en haut de l’agenda du Parlement, en demandant des comptes à la Commission en Novembre en audition, en interpelant le commissaire en plénière début Janvier et finalement en portant le vote d’une résolution sur le chargeur commun pour demander une régulation contraignante de l’industrie.

« Le chargeur commun est économiquement juste et écologiquement nécessaire. C’est le symbole d’une technologique désirable pour les gens et la planète. »

L’adoption d’un chargeur commun est le premier pavé décisif sur la longue route de la transition écologique et de produits justes pour les consommateurs. A l’heure d’un Green Deal Européen, c’est l’évidence d’une tech durable au service des citoyen.ne.s.

 

Pétition avec Tilt! : https://www.tilt.green/common_charger_fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.