Déchets radioactifs : à Bure, ci-gît le droit de manifester

À Bure, l’arrêté préfectoral qui vient d’être publié est on ne peut plus clair : toute manifestation est interdite de vendredi à lundi dans les communes voisines du bois Lejuc. Une décision qui intervient alors qu’une rencontre des opposants à l’enfouissement est prévue de longue date en cette fin de semaine.

Les élus Europe Écologie déclarent « Nous condamnons cette décision d’empêcher les opposants d’exercer leur droit de manifester, légitime et pourtant garanti entre autres par l’article 10 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen. Le gouvernement ne pourrait pas mieux s’y prendre pour légitimer la répression qui va s’abattre sur des citoyens qui ne réclament rien d’autre qu’un véritable débat contradictoire sur l’avenir des déchets radioactifs français, et pas une parodie de démocratie.

Après la condamnation à des peines de prison ferme pour les activistes de Greenpeace – qui dénonçaient à juste titre le risque terroriste en matière de sécurité nucléaire – il devient clair que le lobby nucléaire est intouchable en France, alors même qu’il malmène nos droits fondamentaux. Nous l’avons déjà dit et le répétons : là où le nucléaire passe, la démocratie trépasse. Il est plus que temps que l’on s’en passe ! »

 

Michèle RIVASI était l’invitée France Info pour réagir à cette « scandaleuse » interdiction faite aux opposants au projet d’enfouissement des déchets nucléaires à Bure (Meuse) de manifester. Elle demande au ministre de la Transition énergétique et solidaire Nicolas Hulot de faire « des études alternatives ». Sa réaction sous ce lien.

Partager cet article

2 commentaires

  • Ladruze dit:
     - 

    Comment avoir le mot ‘’ démocratie ‘’ sans cesse à la bouche?
    C’est lamentable, ou se trouve le dialogue ? Ça fait peur, on retrouve cette façon de faire dans certains pays…..pas très recommandables

  • Baudouin bernard dit:
     - 

    Atteinte a la liberté d’expresion = dictature