Émissions CO2 et sécurité routière : la Commission reste trop timide

17 mai 2018

La Commission européenne a présenté aujourd’hui son troisième paquet mobilité, destiné à réduire les émissions de CO2 et à améliorer la sécurité routière.

Déclaration de Karima DELLI, Présidente de la Commission transports du Parlement européen:

« La proposition de la Commission sur les émissions CO2 des camions est très décevante. Non seulement au regard de l’enjeu climatique* mais aussi des demandes du secteur qui a récemment pris position en faveur de normes strictes et contraignantes. C’est pourquoi, nous défendrons un objectif de réduction de moitié des émissions de gaz à effet de serre d’ici 2030 et une flotte de camions zéro émission d’ici 2050. Par ailleurs, nous continuerons à promouvoir la mise en place d’une redevance poids lourds au niveau européen ainsi que des infrastructures visant à limiter le trafic routier en général afin de respecter les objectifs fixés lors de la COP21.

Chaque année, plus de 20 000 personnes décèdent sur nos routes. Nous saluons donc les propositions de la Commissions européenne sur la sécurité routière. Cependant, elles ne s’attaquent pas à des problèmes aussi cruciaux que l’alcool au volant ou les excès de vitesse qui demeurent des causes majeures d’accidents.

Nous sommes également déçus par l’absence de proposition législative sur les véhicules connectés et les data. D’autant plus que la Commission prétend vouloir faire de l’UE un leader en la matière ! Il est urgent que le législateur puisse se pencher sur la mobilité connectée et autonome pour envisager une réponse efficace aux défis posés par cette révolution technologique. On peut cependant être rassuré sur l’usage et le traitement des données numériques produites par ces véhicules. Comme le souligne la Commission, ces données ne doivent en aucun cas devenir la propriété des constructeurs. Ce serait une atteinte grave à la concurrence, notamment pour les start-ups qui cherchent, sur la base de ces données, à innover pour rendre notre mobilité plus propre, accessible et sûre.

En revanche, la piste proposée en matière d’homologation inquiète déjà : ne consulter que le groupe de haut-niveau GEAR2030 et les États membres  revient à perpétrer la procédure opaque qui a conduit au dieselgate ! La participation des consommateurs et des usagers est nécessaire pour que les véhicules autonomes soient acceptés. »

 

*27% des émissions de CO2 en Europe proviennent des transports et 26% de cette part sont directement issus du transport routier

Partager cet article

Un commentaire

  • Sybille Gaertner dit:
     - 

    Et que dire des émission de CO2 des camions qui doivent transporter d’interminables convois de déchets radiactifs vie longue des 4 coins de la France vers le site de Bure, si jamais ce projet d’enfouissement aboutissait ? On peut craindre que cela n’arrangerait rien à la qualité de l’air que nous respirons.