Fonds européen de défense : un accord pour financer l’industrie de la défense mais pas les robots tueurs

20 février 2019

Un accord a été conclu entre les institutions européennes sur le Fonds européen de défense. Ce fonds de 13 milliards d’euros, d’une durée de sept ans, ouvre la voie à des investissements dans les armes de destruction massive, le phosphore blanc ou les munitions à l’uranium appauvri sans aucun contrôle parlementaire. À l’initiative du Groupe Verts/ALE, l’interdiction d’en utiliser le moindre euro pour financer des systèmes d’armes autonomes ou à des « robots tueurs » a néanmoins été entérinée. Réaction d’Eva JOLY.

Déclaration d’Eva JOLY:

« L’accord provisoire entre le Conseil et le Parlement sur le Fonds européen de défense est scandaleux. Les positions adoptées par la Commission de l’industrie ont tout simplement été mises de côté par les négociateurs du Parlement.

Le Fonds distribuera des milliards d’euros à l’industrie de la défense sans aucun contrôle parlementaire. Il servira même à financer des armes de destruction massive. Les Verts-ALE ont néanmoins réussi à empêcher que les 13 milliards d’euros du Fonds ne puissent être dépensés pour des « robots tueurs ».

Si l’accord reste inchangé, une augmentation conséquente des exportations d’armes est à prévoir. Au moment même où les ventes d’armes de la France à l’Arabie saoudite sont soupçonnées d’être utilisées dans un conflit tragique au Yémen, cet accord est inacceptable et honteux.

Il est regrettable qu’aucune réglementation n’existe pour endiguer le gaspillage financier de l’industrie de l’armement en raison de la duplication et du manque de coopération. »

Pour rappel : consultez en ligne la résolution du Parlement européen sur les systèmes d’armes autonomes du 12 septembre 2018.

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.