Une avancée majeure dans la lutte contre la résistance aux antibiotiques

25 octobre 2018

Réaction de Michèle RIVASI suite au vote par le Parlement européen du nouveau cadre législatif applicable aux médicaments vétérinaires en vertu duquel l’utilisation préventive d’antibiotiques dans l’alimentation animale sera interdite et concernera également les denrées alimentaires importées. Quant à l’usage sur l’ensemble d’un troupeau, il ne sera autorisé qu’en cas de risque élevé de contamination de l’intégralité du cheptel selon l’avis d’un vétérinaire et s’il n’y a pas d’autre solution.

Ces 3 règlements issus des négociations en trilogue devraient être adoptés par le Conseil avant la fin de cette année pour entrer en vigueur au plus tard en 2022.

Déclaration de Michèle RIVASI, membre de la Commission santé et environnement :

« Cette longue bataille écologiste pour remédier au problème de la résistance aux antimicrobiens a enfin porté ses fruits. Rappelons le phénomène de l’antibiorésistance serait déjà cause, à lui seul, de 25 000 décès par an en Europe.

En interdisant l’administration préventive d’antibiotiques aux animaux, nous améliorons l’efficacité des antibiotiques sur les maladies microbiennes affectant les humains ainsi que la qualité de notre alimentation. Cette interdiction remet également en cause l’utilisation des antibiotiques pour accélérer la croissance animale et l’élevage intensif axé sur le rendement au détriment du bien-être animal.

Nous nous félicitons également d’avoir imposé que les mêmes normes s’appliquent pour nos partenaires commerciaux hors Union Européenne (CETA, MERCOSUR…) sur les aliments importés. »

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.