La dernière session plénière du Parlement européen en bref

Les eurodéputés Europe Ecologie – Les Verts sont intervenus à plusieurs reprises dans l’hémicycle du Parlement de Strasbourg entre le 17 et le 20 janvier 2011. Soins transfrontaliers, défense des communautés religieuses, accords avec la Libye… Retour sur trois dossiers qui ont fait l’actu de la semaine.

Se faire soigner à l’étranger

La directive européenne qui régit les droits des patients à recevoir des soins transfrontaliers vient d’être adoptée par le Parlement européen. C’est un pas en avant, pour Michèle Rivasi (EELV) membre la commission Santé publique du Parlement européen, qui encourage la construction d’une Europe de la santé, fiable et garante de nos systèmes de sécurité sociale. L’objectif principal des élus Verts/ALE était de combattre le tourisme médical qui consiste à bénéficier d’une opération esthétique, oculaire ou dentaire dans un autre Etat… et à bas coûts. Pour mettre fin à ce genre de « dumping médical » tout en encadrant la mobilité des citoyens européens, la directive impose une autorisation préalable au remboursement d’un acte médical ou chirurgical prévu dans un autre pays européen. Le régime de carte européenne d’assurance maladie continuera à s’appliquer pour les citoyens qui ont besoin d’un traitement d’urgence lors d’une visite dans un autre pays de l’UE, comme c’est le cas depuis 2004.

Liberté de prier

Certaines communautés chrétiennes ont récemment été victimes d’attaques en Egypte et Irak. Pour réagir à cette actualité, les eurodéputés ont organisé un débat et voté une résolution dans laquelle ils condamnent les persécutions et les discriminations basées sur l’orientation religieuse. C’était l’occasion pour Nicole Kiil-Nielsen (EELV), membre de la sous-commission Droits de l’homme du Parlement européen, de rappeler l’importance du combat pour la laïcité… dans le monde mais aussi en Europe : « L’interdiction de construire des minarets votée en Suisse par exemple, ou la montée de partis extrémistes tenant un discours intolérant à l’égard de certaines communautés nous montrent bien que nous sommes loin d’être exemplaires », a-t-elle déclaré.

Pas d’accord « sale » avec la Lybie

Dans une résolution, le Parlement européen a demandé à la Commission européenne de lui communiquer des informations complètes et détaillées sur toutes les étapes du processus de négociation de l’accord de partenariat UE-Libye. Pour les écologistes, aucun texte ne peut être conclu sans garanties en matière de droits de l’homme. La Libye doit adopter une législation sur l’asile qui comprenne le principe de non-refoulement et l’interdiction des expulsions collectives. « Après la Révolution de Jasmin en Tunisie, comment l’UE pourrait-elle continuer à apporter son soutien à un autre dictateur dans cette région ?, a demandé Hélène Flautre (EELV), membre de la commission des Libertés civiles. Nous ne devons pas contredire nos propres valeurs fondamentales et empêcher la démocratie et le développement stable du pays. »


par EurodeputesEE

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.