Nucléaire: la promesse bidon de Sarkozy

28 mars 2011
«Si une centrale ne passe pas les tests de sûreté, elle sera fermée, c’est clair», a promis vendredi Nicolas Sarkozy à la sortie du Conseil Européen où les Etats ont décidé de mettre en œuvre des stress tests (tests de résistance) pour les centrales nucléaires européennes. Une promesse de Nicolas Sarkozy sans grande conséquence. En effet, la démarche de stress tests nucléaires s’inspire directement des stress tests bancaires menés par la Commission Européenne en 2010. Et semble vouloir en reprendre les mêmes principes absurdes. Dès lors, les résultats de ces stress tests sont assez largement connus d’avance: tous les réacteurs européens ou presque réussiront les tests.

Une promesse de Nicolas Sarkozy sans grande conséquence. En effet, la démarche de stress tests nucléaires s’inspire directement des stress tests bancaires menés par la Commission Européenne en 2010. Et semble vouloir en reprendre les mêmes principes absurdes. Dès lors, les résultats de ces stress tests sont assez largement connus d’avance: tous les réacteurs européens ou presque réussiront les tests.

Tout comme les banques, les opérateurs nucléaires réaliseront les tests eux-mêmes sous le contrôle des autorités de sûreté nucléaire nationales. Or, il est fort à parier que l’Autorité de sureté nucléaire française sera peu encline à déclarer dangereux des réacteurs dont elle a autorisé l’exploitation jusqu’à présent sans y trouver à redire. L’exemple des stress tests bancaires a démontré que les régulateurs nationaux sont souvent prêts à tordre les règles pour assurer de bons résultats à leurs champions nationaux. Il est peu probable qu’il en soit autrement des régulateurs du nucléaire.

Lire la suite sur le blog libé.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*