Premiers débats pour limiter la spéculation sur les dettes des Etats

9 novembre 2010
Aujourd’hui se sont tenus au Parlement européen les premiers débats sur le texte de loi qui doit encadrer les ventes à découvert et les Credit Default Swap (CDS), ces produits qui ont beaucoup fait parler d’eux au moment de la crise financière lors du sauvetage d’AIG, puis l’an passé lors de la crise grecque. Un CDS permet de s’assurer contre la faillite d’une entreprise ou d’un Etat. Si l’Etat est incapable de rembourser ses dettes, le créancier recevra une indemnité équivalente à la perte subie. Ces produits fonctionnement ainsi comme une assurance habitation en cas d’incendie, avec pour différence qu’il est possible d’assurer non seulement sa maison mais aussi celles des voisins que l’on espère dès lors voir brûler. Un mécanisme pervers que le Parlement est aujourd’hui chargé d’encadrer.
Le projet de règlement proposé mi-septembre par la Commission vise à encadrer la spéculation à la baisse (ventes à découvert) sur les actions et la spéculation sur les dettes souveraines. Une proposition rédigée sous la pression des pays de la zone euro échaudés par les spéculations du printemps dernier contre la Grèce, et en particulier, sur ses CDS souverains. Alors que les CDS de l’Irlande et de la Grèce atteignent à nouveau des niveaux similaires, voir supérieurs, à ceux atteints au printemps lors de la crise de la zone Euro, ce texte est plus que jamais d’actualité.

Lire la suite sur le blog Libé.fr

Partager cet article

Les commentaires sont fermés.