Stopper la perte de la biodiversité : une mobilisation en vue de Nagoya 2010

23 septembre 2010
Le Parlement est mobilisé pour que les enjeux liés à la protection de la biodiversité soient enfin pris en compte. Dans la perspective de la Conférence mondiale sur la diversité biologique, du 19 au 29 octobre 2010 à Nagoya au Japon, il est urgent de penser un nouveau modèle de développement dans lequel économie, social et environnement seraient les trois piliers.
Depuis 1992, l’humanité s’est dotée d’un traité de portée mondiale et juridiquement contraignant sur la biodiversité. Les 193 pays qui ont signé cette Convention se réunissent cette année et l’eurodéputée EE Sandrine Bélier compte bien ne pas manquer ce rendez-vous : « La biodiversité s’épuise, se raréfie. Elle est victime de la surexploitation et de la course au profit », répète-t-elle. En effet, aujourd’hui, les indicateurs sont tous au rouge. Les écosystèmes – qui constituent le socle de notre bien-être – ne peuvent plus rendre aux êtres humains les services dont ils ont besoin car ils sont très vulnérables aux chocs et aux perturbations. Environ 60 % des fonctions tenues par les écosystèmes subissent une dégradation. Il s’agit par exemple de ceux qui assurent l’approvisionnement en eau douce et la production halieutique marine, qui permettent à l’atmosphère de se dépolluer, qui régulent les dangers naturels, qui favorisent la pollinisation ou qui permettent aux écosystèmes agricoles de lutter contre les ravageurs…

Des chiffres préoccupants

La deuxième édition des Perspectives mondiales de la diversité biologique fait la chronique de ces disparitions annoncées. Le déboisement, par exemple, se poursuit à un rythme alarmant en raison principalement de la conversion des forêts en terres agricoles. « On estime à 6 millions d’hectares par an la perte de forêts primaires depuis 2000 », disent les spécialistes. La question de la disparition des espèces est également préoccupante : « Les effectifs de quelque 3000 espèces sauvages ont décliné régulièrement d’environ 40 % en moyenne entre 1970 et 2000. » Et il ne faut pas oublier les conséquences de la perte de biodiversité sur nos sociétés : en Europe, certaines études estiment que 16,6 % des emplois sont liés à sa préservation, et que 40 % de notre économie dépend directement de la nature.?


par EurodeputesEE

La mobilisation du Parlement européen pour la biodiversité

Le Parlement, vient d’adopter un rapport dénonçant le fiasco de l’objectif européen de stopper la perte de la biodiversité d’ici 2020. On y trouve trois mesures-phare pour inverser la balance : l’adoption d’une approche intégrée dans toutes les politiques sectorielles (agriculture, pêche, transports, industrie…), l’interdiction des violations de la législation environnementale européenne par les Etats-membres, et l’attribution de 0,3 % du PIB à des mesures de protection de la biodiversité.

Reste au Conseil qui réunit les chefs d’Etats des pays-membres, et à la Commission européenne, à entendre ces injonctions et à débloquer certains dossiers qui n’avancent pas en haut-lieu ! Les négociations pour une directive-cadre pour la protection des sols sont actuellement au point-mort à cause de la réticence de certains pays à se mettre au diapason européen. Le financement de la gestion des sites Natura 2000 n’est pas encore adéquat. Et l’idée de conditionner les aides publiques au respect des normes environnementales n’est pas encore en route…

Il reste encore beaucoup à faire. La mobilisation ne s’arrête pas là ! A venir, en octobre, le vote d’une Résolution appelant les leaders mondiaux à ne pas reproduire un Copenhague de la biodiversité. Les parlementaires préconisent d’aboutir à un plan ambitieux pour 2020, assurer son financement et garantir le partage juste et équitable des ressources découlant de la nature. A Nagoya, les écologistes Bas Eickhout (Pays-Bas) et Sandrine Bélier seront présents et auront ainsi l’occasion de rappeler à la communauté internationale que la protection de la biodiversité est un enjeu vital. C’est même une opportunité à saisir pour penser notre modèle de développement économique différemment.

La résolution du Parlement européen pour la biodiversité (pdf 158.47Ko)

– Pour plus d’information sur la biodiversité, découvrez le site de la campagne du groupe des Verts/ALE : Thinkbiodiversity.org
Partager cet article

Les commentaires sont fermés.