Elections en Turquie : Une bouffée d’oxygène pour la démocratie et les droits humains

Les Turcs ont élu ce dimanche un nouveau parlement. Malgré le seuil électoral élevé de 10%, le parti kurde HDP a réussi l’exploit d’envoyer des députés à la Grande Assemblée nationale turque.
Pour le co-président du groupe des Verts-ALE, Philippe LAMBERTS :

«L’arrivée du parti kurde est une bonne nouvelle pour le pluralisme et le renforcement de l’opposition à la politique du Président Erdogan. Une politique devenue de plus en plus autoritaire au fil du temps. La détérioration de l’État de droit et les atteintes répétées aux droits humains sont particulièrement préoccupantes. Les interventions de ces derniers mois visant à museler la presse d’opposition se sont notamment traduites par des arrestations de journalistes.

Si Recep Tayyip Erdogan semble tourner le dos aux valeurs européennes, il s’avère qu’en n’obtenant pas la majorité requise pour modifier la Constitution, les électeurs ont exprimé une volonté de mettre un frein au comportement zélé de l’AKP d’Erdogan. Les résultats de cette élection sont donc une bonne nouvelle pour la démocratie.»

Pour Michèle RIVASI, vice-présidente des Verts-ALE:

«Cette élection devrait pousser l’Union européenne à agir pour renforcer cette tendance positive et favoriser l’émergence de forces politiques alternatives progressistes Elle devrait donc dégeler les négociations et ouvrir sans tarder le chapitre 23 consacré à la justice et aux droits fondamentaux ainsi que le chapitre 24 « Justice, liberté, sécurité ». Il s’agirait d’un signal fort et encourageant pour celles et ceux qui se battent en Turquie pour la démocratie. C’est en tout cas un message que nous espérons retrouver dans la résolution sur la Turquie que notre Parlement adoptera mercredi.».

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*