Une négociation à 100 milliards et personne n’en parle

11 mars 2011
Mieux que l’homme qui valait 3 milliards, la négociation qui valait 100 milliards. Dans cinq jours, mercredi prochain, les ministres des Finances vont décider d’une réforme dont l’impact pour la France pourrait être de 100 milliards d’euros. Et pourtant très peu de médias en parlent.
De quoi s’agit-il? La réforme du pacte de stabilité et de croissance proposée par la Commission européenne en septembre dernier et qui doit être validée par les Etats la semaine prochaine prévoit pour le moment une nouvelle règle concernant l’endettement public obligeant chaque Etat à réduire chaque année sa dette publique d’un vingtième entre le niveau atteint aujourd’hui et le ratio cible prévu par les traités de 60%. Or, contrairement aux règles sur le déficit budgétaire qui permettent de tenir compte de la conjoncture, cette règle de l’endettement excessif est pour l’instant totalement mécanique.

Quel serait l’impact de cette règle pour la France? Notre endettement public dépasse 80% du PIB, il faudrait donc réduire notre dette en moyenne d’un pour cent pendant 20 ans pour revenir à 60%, pour respecter les critères européens de convergence économique *. Si cette règle était en vigueur aujourd’hui, cela donnerait la situation suivante: comme le ratio dette /PIB devrait diminuer de 1 % et que la croissance anticipée du PIB est de 2 %, le déficit budgétaire maximum autorisé serait de 1 %….

Lire la suite sur le blog libé.fr

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*