Action en justice

CLIMAT : STOP À L’INACTION, DEMANDONS JUSTICE !

Type de campagne : Action en justice
Dates de la campagne : Du Mardi 18 Décembre 2018 au Lundi 2 Décembre 2019

Quatre associations, Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France ont décidé, au nom de l’intérêt général, d’attaquer l’État français en justice pour qu’il respecte ses engagements climatiques et protège nos vies, nos territoires et nos droits.

Devant la passivité de l’État français et le fossé grandissant entre les belles paroles du Président Macron et l’absence totale de décisions politiques concrètes en ce sens, voir le double-discours qui au final participe du bridage des ambitions européennes en la matière, nous ne pouvons que soutenir cette initiative qui se propose de faire entendre la voix des citoyen.ne.s.

En signant la pétition, vous apportez votre soutien à l’action en justice.

Relayer cette action

Un commentaire

  • David FOUCHE dit:
     - 

    Bonjour,

    Je pourrais utiliser quotidiennement mon véhicule personnel pour rejoindre mon lieu de travail à 35 kilomètres de mon domicile en voiture (45 kilomètres en vélo). Depuis 10 ans je réside en zone rurale et j’ai choisi d’utiliser essentiellement le TER et les transports urbains d’abord parce que je suis bien informé par les médias grâce auxquels je comprends l’incidence des choix de déplacement individuel et les conséquences à grande échelle de ces choix. Des PDU (Plan de Déplacements Urbains) ont, semble-t-il, été élaboré par des personnes compétentes et sûrement motivées par les mêmes souhaits de transformer nos modes de déplacement et de faciliter l’usage des transports publics. Malheureusement depuis la rentrée de Septembre je constate de nombreux retours en arrière dans l’offre de transports et l’absence d’encouragement à persévérer. Par exemple : la suppression d’une ligne de bus qui reliait directement la gare de Besançon Viotte à la zone d’activité de mon lieu de travail (mon temps de trajet aller repasse de 1h10 à 1h30), l’augmentation brutale des tarifs de TER (+10% sur l’abonnement mensuel dès début 2019 – aucun problème pour moi mais quid des salariés au SMIC ?), l’absence d’abonnement billettique combinée sans surcoût (l’abonnement mensuel TER+bus urbain est plus onéreux sur Internet que sur un automate). Au global les progrès concernant l’accès au transport public sont insuffisants et pire les transports en commun sont la variable d’ajustement permanente dans toutes les tractations sociales et politiques (venue du Président pour l’inauguration du Musée de Besançon qui bloque totalement le tramway, les gilets jaunes qui ont bloqué le Tramway dès les premiers jours, la refonte du réseau au détriment des usagers, les grèves).

    J’estime que l’Etat par son inaction a un rôle majeur dans l’absence de progrès mesurables dans la politique des Transports Publics à l’échelle locale et que dans leur grande majorité les responsables politiques de haut niveau (Etat, Agglomération, et certaines régions comme en Bourgogne Franche Comté) ne mettent pas assez d’énergie dans la promotion du Transport Public et décourage ainsi les mobilisations individuelles en faveur de ces moyens de transport qui sont une composante importante pour résoudre notre problème climatique.

    Je soutiens donc les actions en cours par les quatre associations citées (Notre Affaire à Tous, la Fondation pour la Nature et l’Homme, Greenpeace France et Oxfam France) pour responsabiliser nos gouvernants.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.