ConfĂ©rence-dĂ©bat : Fin du monde, fin du mois : Comment faire l’Ă©cologie populaire ?

22 janvier 2020

Ce mardi 21 janvier, de 19h à 21h, jeunes et moins jeunes sont venus débattre Ecologie populaire et Europe, avec des invité.e.s engagé.e.s et concerné.e.s :

  • Nadir Kahia (prĂ©sident de l’association Banlieue Plus)
  • GeneviĂšve Garrigos (chercheuse, dĂ©fenseure des droits humains)
  • Nora Hamadi (journaliste politique)
  • Julie Oudot (sociologue, chercheuse sur les sujets connexes au RSA)
  • LaurĂšne Tran, modĂ©ratrice du dĂ©bat
au Café de Paris, 158 Rue Oberkampf, 75011 Paris
 
📋 « Fin du mois, fin du monde, mĂȘme combat », c’est devenu le slogan d’une gĂ©nĂ©ration qui marche pour le climat chaque semaine. Mais c’est quoi, au juste, l’Ă©cologie populaire ? Et comment on la fait ? Comment en Europe ? 
 
Pour répondre à ces questions, Mounir Satouri, député européen, a organisé une conférence avec des acteurs et actrices de terrain engagé.e.s pour la défense des droits humains, pour la promotion des banlieues ou pour la démocratisation de la société le 21 janvier au Café de Paris sur la scÚne de ce café-théùtre.
 
 
📱 Les intervenant.e.s
 
Nadir Kahia, PrĂ©sident de Banlieue Plus, agit en tant que responsable associatif pour valoriser l’image des banlieues et se mobilise avec des dizaines de bĂ©nĂ©voles pour un systĂšme davantage social.

« Aujourd’hui, l’écologie, on en a tous besoin, parce que c’est vital, mais l’écologie doit ĂȘtre concrĂšte, et dans l’action. Dans les quartiers, charge aux politiques d’amener leur projet ! L’écologie, ça peut ĂȘtre l’affaire de toutes et tous. »

 
 
 
 

GeneviĂšve Garrigos, Ancienne PrĂ©sidente d’Amnesty France, dĂ©montre la nĂ©cessitĂ© de lier engagement pour les droits humains et pour la planĂšte.

« Il ne peut pas y avoir de droits humains sur une planÚte morte. Le changement climatique va provoquer plusieurs centaines de milliers de morts »
 
 
 
Nora Hamadi, Journaliste sur ARTE,  s’engage avec son Ă©mission Vox Pop Ă  faire de la pĂ©dagogie sur l’Union EuropĂ©enne et Ă  dĂ©mocratiser les sujets d’actualitĂ©.

« La notion de l’écologie populaire va plus loin que l’écologie. Tout est affaire de conscientisation. Au parti de relever le dĂ©fi, d’avoir une diversitĂ© sociale, de faire en sorte que les quartiers et les classes populaires fassent partie de l’équation. »

 

 

Julie Oudot, sociologue et en thĂšse sur le sujet du RSA (Est-ce un moyen d’émancipation ou un moyen d’aliĂ©nation. faut-il conditionner les revenus ou pas ?) a donnĂ© son avis sur le lien entre Ă©cologie et populations vulnĂ©rables.

“ Ce ne sont pas les personnes les plus prĂ©caires qui polluent le plus, mais ce sont celles qui le subissent. Il y a de fortes inĂ©galitĂ©s d’exposition aux nuisances selon les critĂšres sociaux. ”

 
Mounir Satouri, DĂ©putĂ© europĂ©en Ă©cologiste organisateur de cette soirĂ©e a portĂ© les sujets et les propositions citoyennes liĂ©es Ă  l’Ă©cologie populaire au sein du Parlement EuropĂ©en.

« Nous sommes liĂ©.e.s les un.e.s aux autres. Nous avons un dĂ©fi colossal devant nous pour la planĂšte pour les 10 annĂ©es Ă  venir. Cette aventure ne peut qu’ĂȘtre collective. L’écologie doit servir au plus grand nombre ! »
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.