Le grand défi des ressources halieutiques

9 septembre 2009
Et si demain les océans et les fleuves ne pouvaient plus nourir la population mondiale ? La question est loin d’être incongrue aujourd’hui. Les stocks de poisson baissent dramatiquement ou ils ne peuvent plus se renouveler. Huit espèces sur dix sont surpêchées. Même les abysses sont écumées. Or, plus d’un tiers de la population mondiale dépend des produits de la pêche pour s’alimenter en protéines animales.

L’enjeu n’est pas encore perçu dans toute son ampleur. Il est pourtant considérable, aussi bien pour assurer la survie d’immenses populations qui n’ont que cette ressource à disposition que pour maintenir l’activité économique de ceux qui vivent des produits de la mer, pêcheurs et filières, ou pour assurer la biodiversité des eaux et des mers.

Il s’agit donc de mener une politique de gestion des ressources, du marché, des flottes et des filières, en privilégiant la pêche artisanale, en protégeant du pillage les eaux des pays les plus faibles et en veillant aux ravages potentiels de l’aquaculture.

Comme la Politique agricole commune (PAC), la Politique commune de la pêche (PCP) doit être renouvelée au cours de cette législature et cela constituera un acte politique majeur.

Tout est à revoir si l’on ne veut pas, ici comme ailleurs, compromettre l’avenir.

Le Parlement européen aura d’autant plus son mot à dire que, si le Traité de Lisbonne entre en oeuvre comme nous le souhaitons, il partagera la codécision avec les gouvernements nationaux au lieu d’être seulement un organe consultatif.

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*