Gouvernance économique : le conflit est ouvert entre le Parlement européen et les chefs d’Etat

22 octobre 2010
Stabiliser la zone euro : cet objectif sera à l’ordre du jour du prochain Sommet européen, réunissant les chefs d’Etat des 27 pays-membres, le 28 octobre 2010. Les parlementaires viennent de donner leur avis sur cette question en adoptant un rapport sur la gouvernance économique en Europe. Quelques points d’achoppement sont à prévoir.
La crise économique globale a révélé les défaillances et les faiblesses des mécanismes de surveillance et de coordination des politiques économiques au sein de l’UE. Pour y remédier, le rapport Feio – qui a été adopté par le Parlement européen (PE) mardi 20 octobre – propose d’étoffer le pacte de stabilité avec une attention particulière portée sur la dette, la création d’un Fonds monétaire européen, l’amélioration des budgets et des statistiques économiques.

« Ce texte va dans le bon sens, estime Pascal Canfin eurodéputé EE, membre de la commission des affaires économiques et monétaires du PE. Les Verts soutiennent cette vision d’une gouvernance économique qui ne se limite pas qu’aux aspects punitifs du pacte de stabilité (PSC). Cette logique disciplinaire doit faire place à une gouvernance collective de notre projet commun qu’est l’euro », poursuit-il. Le rapport Feio a en effet pour objectif de renforcer le volet préventif du PSC. Il englobe des sanctions, mais aussi des incitations plus cohérentes du point de vue économique et politique, tout en prenant en considération la structure de la dette et du déficit national. Hors, dans le débat mené actuellement au Conseil, avec la France et l’Allemagne comme acteurs principaux des négociations, l’accent est clairement mis sur les sanctions et la discipline budgétaire.


par EurodeputesEE

Derrière ces mécanismes complexes, c’est bien sûr la question de la solidarité entre Etats-membres qui est posée. Une solidarité qui suppose d’augmenter les marges de manœuvre budgétaire de l’Union européenne. En séance plénière du Parlement européen, Pascal Canfin a plaidé pour la mise en place d’une taxe sur les transactions financières : « L’UE est-elle capable de lever un impôt et de disposer, ainsi, de ressources propres qui pourront permettre à chaque Etat de s’appuyer sur la communauté en cas de difficultés ? » Qui dit « solidarité » dit toujours plus d’« intégration européenne ». Les Etats-membres ne sont pas prêts à laisser d’autres pays regarder et peut être critiquer leur gestion interne. Bras de fer à suivre.

– Pour en savoir plus le Pacte de stabilité et de croissance, cliquez sur le dossier spécial SOS Grèce : vers une gouvernance économique européenne ? – et regardez les vidéos de Pascal Canfin sur le thème Monnaie commune, destin commun
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*