Communiqué
En finir avec le double langage des sociaux-démocrates sur TAFTA et CETA !
par Lise
19 mai 2016 Commerce International TAFTA TTIP
Vendredi 19 mai 2016, François Hollande devrait se rendre à Rome pour une réunion des dirigeants sociaux-démocrates européens, réunion au cours de laquelle devraient être discutés le TAFTA et le CETA, les deux accords de libre-échange que l’UE prévoit de signer avec l’Amérique du Nord. Les Verts leur demandent de s’opposer à la signature du CETA,véritable cheval de Troie du Tafta.

Pour Yannick Jadot, porte-parole des Verts/ALE sur le commercial international :

"Les dirigeants sociaux-démocrates européens commencent enfin à exprimer des réserves sur la négociation en panne du Tafta. Mais, par un étonnant tour de passe-passe, ces critiques semblent solubles dans le Ceta. Sans broncher, le gouvernement français par exemple se dit prêt à le signer. Balayant d’un revers de main la contestation massive des tribunaux privés arbitraux, le gouvernement promeut cette justice parallèle qui ne bénéficie qu’aux multinationales et leur permet d’attaquer les Etats et les collectivités locales qui chercheraient à réguler sur l’environnement, la santé, les services publics ou encore la protection des données.

Pire, non satisfaite de transférer, dans le cadre du Ceta, notre souveraineté juridique et notre droit à réguler aux firmes canadiennes comme aux dizaines de filiales de groupes américains et européens installées au Canada, la France a pris, avec l’Allemagne, l’Autriche, les Pays-Bas et la Finlande, l’effrayante initiative d’étendre ces tribunaux d’arbitrage privés à l’ensemble de l’Union européenne.

Si le projet européen des sociaux-démocrates réunis à Rome c’est, à l’image des conservateurs, de diluer un peu plus le projet européen dans le libre-échange transatlantique et de transférer nos choix démocratiques vers les firmes, les Européens se détourneront toujours plus d’une Union qui renonce à réguler le commerce et à les protéger.

L’absence de réponse aux dégâts de la mondialisation libérale par la régulation internationale alimente toutes les dérives nationalistes. La faute politique est dramatiquement lourde.

C’est pourquoi, les Verts demandent à François Hollande et aux dirigeants socio-démocrates européens de s’opposer à la signature du Ceta et de renoncer aux tribunaux d’arbitrage qui minent nos démocraties."

A lire également, la tribune de Yannick Jadot dans Alterecoplus :Tafta et Ceta, le grand bluff français ?

Nous contacter

contact@europeecologie.eu

Parlement européen
Délégation Europe Ecologie au Groupe Verts/ALE
Bureau ASP 4 F 146
47-53, rue Wiertz
B.1047 Bruxelles

Les eurodéputés de la délégation