Lux Leaks : Jean-Claude Juncker ne l’emportera pas au paradis !

12 novembre 2014
Suite aux révélations de l’enquête internationale « Lux Leaks » sur la fraude fiscale, qui a mis en évidence la conclusion par plus de 340 entreprises d’«?arrangements fiscaux?» avec le Grand-Duché du Luxembourg, et après plusieurs jours de mutisme, Jean-Claude Juncker, ancien premier ministre luxembourgeois au cœur du scandale et actuel président de la Commission, a enfin parlé aujourd’hui en conférence de presse. Il vient également s’expliquer devant les parlementaires européens réunis en plénière à Bruxelles*.
(jpg 34.06Ko)

Pour Eva Joly, eurodéputée Europe Ecologie membre de la commission des affaires économiques :

« Jean-Claude Juncker parle bien tard et pour dire très peu. Il dit assumer la responsabilité de son échec ? Il est donc temps pour lui d’en tirer les conséquences. Pour l’heure, ses premières annonces sont largement insuffisantes. Bien que nécessaire, on ne peut absolument pas limiter la lutte contre l’évasion et la fraude fiscale au mécanisme d’échanges automatiques d’informations, tout comme on ne peut pas laisser au seul G20 la responsabilité d’agir. Les propositions sont sur la table depuis longtemps (assiette commune sur l’impôt sur les sociétés, registre public sur les bénéficiaires de sociétés off shore, transparence pays par pays pour les activités des multinationales), encore bloquées par certains Etats membres et de puissants intérêts privés. L’Europe doit être exemplaire dans cette bataille. Jean-Claude Juncker n’a pas le choix du statut quo : il doit agir ou partir. »

* Voir sur Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension