Qualité de l’air : pour une Europe plus respirable !

5 février 2016
C’est l’un des déterminants majeurs de la crise sanitaire actuelle, avec plus de 400 000 décès prématurés par an liés à la pollution atmosphérique dans l’Union européenne, c’est-à-dire plus que les accidents de la route! Et c’est sans compter les
maladies respiratoires, les allergies et plus largement la baisse de la qualité de vie induites par cette pollution atmosphérique, délétère pour la santé des Européens. Face aux conséquences sanitaires et économiques de ce scandale, améliorer la qualité de l’air constitue un enjeu primordial pour les écologistes.

La pollution de l’air étant la première cause de décès prématuré lié à l’environnement au sein de l’Union européenne, celle-ci a commencé dès les années 90 à adopter une série de mesures régulièrement mises à jour pour inciter les États et leurs collectivités locales à lutter plus efficacement contre la pollution de l’air. Ainsi le droit européen fixe des valeurs limites pour certains polluants dans l’air. Pourtant, les États européens, parfois plus sensibles au lobbies industriels qu’à la voix des citoyens, ont encore de grandes difficultés à respecter ces normes.

Face aux conséquences sanitaires et économiques de ce scandale, améliorer la qualité de l’air constitue un enjeu primordial pour les écologistes. De la politique d’aménagement et d’urbanisme, aux conditions de rénovation des bâtiments en passant par le développement de l’offre et de l’accès aux transports collectifs, la sortie progressive du diesel ou encore le développement de circuits courts dans l’alimentation, la transition écologique s’engage tant à l’échelle européenne que dans le soutien des politiques régionales.

Lutter pour une meilleure qualité de l’air en Europe, c’est bon pour la santé, bon pour le climat et bon pour la facture d’électricité

La mauvaise qualité de l’air provoque plus de décès que les accidents de la route et a une très forte incidence sur la qualité de vie. Or le premier combat des écologistes est de permettre à tous les Européen-nes de vivre mieux et en bonne santé.

Pour la société, le total des coûts externes de santé liés à la pollution de l’air est estimé entre 330 et 940 milliards d’euros par an. La situation est particulièrement grave dans les zones urbaines où vit aujourd’hui la majorité des Européen-nes.

Un certain nombre de polluants présents dans l’air étant également des gaz à effet de serre, lutter pour une meilleure qualité de l’air permet également de lutter contre le dérèglement climatique.

Les écologistes européens sont en première ligne pour prendre soin de vos poumons! Pour en savoir plus sur notre combat, télécharger la note Europe Écologie Qualité de l’air : pour une Europe plus respirable!
Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*