Grippe A : l’UE aussi doit faire preuve de transparence

11 mars 2010
L’eurodéputé Europe Ecologie Michèle Rivasi réclame l’ouverture d’une commission d’enquête parlementaire pour faire la lumière sur la gestion de la pandémie grippale en Europe.
Quel a été le rôle des autorités sanitaires de l’UE dans la gestion de la Grippe A ? Pour l’élue verte du Sud-Est, Michèle Rivasi, la question mérite d’être posée. Elle lance un appel auprès des membres du Parlement européen (PE) afin qu’ils approuvent la mise en place d’une commission parlementaire qui reviendrait sur les mécanismes décisionnels et l’expertise réalisée par le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies et l’Agence européenne des médicaments courant 2009.

Vent de panique


par EurodeputesEE

En filigrane, Michèle Rivasi et les treize premiers signataires dénoncent un conflit d’intérêts qui implique des experts de ces deux institutions communautaires, également employés de laboratoires pharmaceutiques. « Il semblerait qu’il y ait eu une fausse alerte concernant la virulence du virus H1N1. Pourquoi les institutions communautaires n’ont-elles rien dit ? Elles ont contraint les gouvernements à dépenser des sommes astronomiques pour l’achat des vaccins alors que nous sommes en pleine crise économique », estime l’eurodéputé.

La transparence des institutions européennes est en jeu dans ce dossier qui doit désormais faire son chemin auprès des membres du parlement : il faut un minimum de 183 signatures (un quart des membres du PE) pour que cette commission d’enquête voit le jour. « Cette maladie n’a pas de frontières et l’UE a eu un rôle important à jouer. Pour s’assurer que le fonctionnement de nos institutions n’est pas opaque, il faut faire cette analyse critique. Nous, on veut savoir ce qui s’est passé », poursuit Michèle Rivasi.

L’heure des comptes


par EurodeputesEE

En France, 94 milliards de dose de vaccins avaient été commandés et la campagne de vaccinations aurait coûté pas moins de 1,2 milliard d’euros. Finalement 5,6 millions de personnes ont été vaccinés. Selon les autorités sanitaires, la grippe A a fait à ce jour 302 morts en France métropolitaine où une commission parlementaire a été ouverte le 24 février pour examiner la gestion de l’épidémie par le gouvernement français.

C’est l’heure des comptes et l’Organisation mondiale de la santé (OMS) n’échappe pas à la critique : on l’accuse aussi en premier lieu d’avoir exagéré les risques d’une pandémie de grippe A sous l’influence des laboratoires pharmaceutiques. Ces responsables ont d’ailleurs dû revenir sur leurs recommandations devant les parlementaires du Conseil de l’Europe le 26 janvier 2010.

Sur le site du Conseil de l’Europe : la gestion de la pandémie H1N1 – faut-il davantage de transparence ?

Sur le site de l’OMS : la http://www.who.int/csr/disease/swineflu/coe_hearing/fr/index.html« >réponse de Keiji Fukuda face aux parlementaires du Conseil de l’Europe

Partager cet article

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension