Le Parlement européen soutient les langues régionales en danger

11 septembre 2013
Les eurodéputés ont adopté le 11 septembre le rapport de l’écologiste François Alfonsi sur les langues menacées de disparition en Europe. Ce texte demande la sauvegarde des langues régionales en danger et la promotion de leur utilisation. Communiqué de presse.
Pour François Alfonsi, eurodéputé EELV, membre de la commission Culture et Eduction :

« Ce rapport sur les langues européennes menacées de disparition mis au vote aujourd’hui a été adopté à une écrasante majorité et je m’en félicite. L’Europe est l’un des continent où la diversité linguistique et culturelle est particulièrement riche. Ce patrimoine est composé des langues officielles mais aussi de plusieurs dizaines de langues qui sont aujourd’hui menacées de disparition, selon l’inventaire tenu par l’UNESCO.


Le Traité de Lisbonne a élargi le champ de compétences de l’UE pour contribuer à l’épanouissement des cultures nationales et régionales. Ce rapport d’initiative réenclenche une dynamique en faveur de la promotion et du soutien à la sauvegarde de ces langues. Quand une langue disparait, c’est un pan du patrimoine européen qui disparait, il est donc de la responsabilité de l’UE d’agir pour sa sauvegarde !

Ce rapport interpelle les États membres, parmi lesquels la France, qui refusent encore de prendre les mesures nécessaires, à commencer par la ratification de la Charte Européenne des langues régionales et minoritaires. Le rapport demande de relancer une politique européenne en faveur des langues en danger, et de soutenir les programmes de sauvegarde des langues en danger menés par les communautés linguistiques concernées. »

Partager cet article

2 commentaires

  • Franck Maya dit:
     - 

    Le seul moyen valable (à mon avis) pour protéger les langues régionales serait d’instituer une langue internationale et démocratiquement acceptable par tous comme : » L’Espéranto » ! (par exemple la seconde langue-la même pour tous). En plus d’un réel progrès psychologique et même spirituel, cela offrirait une opportunité de communication internationale sans précédent. Sans compter les millions d’euros économisés par le parlement européen.

  • Lingelser dit:
     - 

    N’est-il pas honteux qu’en plein 21ème siècle, au soi-disant « Pays des Droits de l’Homme », les locuteurs Bretons, Corses, Basques ou Alsaciens en soient toujours encore réduits à devoir batailler bec et ongles pour le respect de leurs droits linguistiques les plus fondamentaux !!!
    « Une langue que l’on n’enseigne pas est une langue que l’on tue, tuer une langue est un crime » releva fort justement l’historien Jullian.
    Comme pratiquement tous les Alsaciens, j’ai subi une scolarité complète sans jamais y avoir rencontré une seule fois notre propre langue ostracisée et pourchassée jusque dans les cours de récréation. De la Maternelle à l’Université, de la salle de lecture à la cour de récréation, les jeunes doivent baigner dans un univers exclusivement francophone destiné à les couper définitivement de leur propre langue maternelle. Imaginez s’il en était de même au Québec, en Wallonie ou en Romandie ! En France, défendre ses droits linguistiques les plus fondamentaux est considéré comme une magnifique vertu lorsqu’il s’agit des ‘Acadiens’, des Québécois, des Wallons, des Romands ou des Valdotins, et comme un horrible vice lorsqu’il s’agit des des Bretons, des Corses, des Basques, des Catalans, des Occitans, des Flamands, ou des Alsaciens-Mosellans. Ainsi va la morale au pays de l’impérialisme panfrancophone érigé en religion d’état. Aujourd’hui, toutes les langues régionales de France sont menacées d’éradication pure et simple par l’assimilation scolaire obligatoire des enfants. Ce qui n’empêche nullement le pays des belles déclarations de donner des leçons de savoir-vivre au monde entier, notamment sur la manière dont les Canadiens anglophones ont impérativement à respecter et à officialiser le « droit inaliénable » des dialectophones Québécois, – et même des patoisants Acadiens ! -, à une « société distincte du reste du Canada anglophone », basée sur le particularisme régional de « l’exception culturelle francophone » ! Lorsque la France n’y attise pas carrément le séparatisme ethno-linguistique : « Vive le Québec libre ! » La France tient un discours ici, et son coutraire là-bas, en fonction des lubies de l’impérialisme pan-francophone.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

Site en cours de refonte, merci pour votre compréhension